Plan de relance : Quatennens critique l'absence de "contreparties sociales et écologiques"

·1 min de lecture

Pour tenter d'endiguer la circulation de l'épidémie de coronavirus, la France est de nouveau confinée. Pour soutenir les entreprises et travailleurs indépendants, le gouvernement a annoncé dépenser 15 milliards d'euros par mois. Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur de la France Insoumise, invité du Grand Rendez-vous ce dimanche sur Europe 1, souhaite que les Français ne subissent pas les conséquences économiques d'un confinement qui leur a été imposé, mais déplore la philosophie générale du plan de relance élaboré par le gouvernement.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 1er novembre

Un "crédit d'impôt compétitivité géant"

"Pour résumer d'un trait, on fait pleuvoir des milliards sur les entreprises sans vraiment cibler, planifier, choisir des secteurs stratégiques dans lesquels on décide d'investir, sans aucune contrepartie sociale et écologique et l'on espère magiquement que faire pleuvoir des milliards va relancer l'économie", dénonce-t-il. 

Il fustige un "crédit d'impôt compétitivité géant". "Ce type de politique, on en connaît le bilan. C'était 20 milliards d'euros par an sans contreparties, décidé par François Hollande, pérennisé par Emmanuel Macron. Cela devait créer autour d'un million d'emplois, le résultat c'est que cela en a créé autour de 100.000 seulement. C'est beaucoup trop d'argent public pour trop peur d'activité. "Toutes celles et ceux qui subissent les effets du confinement doivent être accompagnés par l...


Lire la suite sur Europe1