Des quartiers de Pékin sous cloche après les premiers décès dus au Covid-19 en six mois

© Thomas Peter / Reuters

Les écoles de nouveau fermées dans plusieurs districts à Pékin. Les autorités ont par ailleurs fait part de deux décès supplémentaires liés à la pneumonie virale dans la capitale chinoise. Ce rebond épidémique met à l’épreuve l’ajustement de la stratégie « zéro Covid » annoncé par les autorités.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Si Pékin n’est pas officiellement sous cloche, il y a nettement moins de voitures dans les rues. Les restaurants et les cafés ne servent plus qu’à emporter, puis et les écoliers, les collégiens, les lycéens ont passé la journée devant leur écran et cela risque durer au moins jusqu’à la fin de la semaine.

Cours en ligne, télétravail aussi : là encore, la demande n’a pas été formulée publiquement, mais quand RFI a essayé de joindre des services publics cet après-midi, les téléphones étaient aux abonnés absents, ou alors on nous a informé que les fonctionnaires ou les employés des compagnies d’État étaient invités à rester chez eux. C’est ce qu’on appelle ici une mise sous « silence » des quartiers, parfois de villes entières.

Retour des tests quotidiens et confinements partiels

La Chine n’est plus dans les confinements « spectre large » de l’année dernière. Les confinés rapportent que leur tour est verrouillée et qu’ils doivent rester chez eux, parce qu’il y a un résident positif quelques étages plus haut ou plus bas, mais qu’ils ne sont pas envoyés dans de sinistres centres de quarantaine collectif.

► À écouter aussi: Chine: Shijiazhuang, ville pilote du relâchement «zéro Covid»?


Lire la suite sur RFI