"Quartier sans relous" : le marketing ringard de Marlène Schiappa

·1 min de lecture

Ce mercredi 14 avril, la ministre déléguée à la Citoyenneté a annoncé sur le site de "20 Minutes" la création de QSR, pour "quartiers sans relous". L'intention est louable, mais la communication politique a une fois de plus pris le pas sur le fond.

Il manquait certainement une touche "djeunes" dans la lutte contre le harcèlement de rue : Marlène Schiappa s'est chargée de l'apporter. Ce mercredi 14 avril, la ministre déléguée à la Citoyenneté a annoncé sur le site de 20 Minutes la création de QSR, pour "quartiers sans relous". Vous avez dit marketing politique ? Oui, et démagogue en plus.Au fond, l'intention est louable : la ministre souhaite lancer un "baromètre du harcèlement de rue" à partir d'août prochain, sorte de cartographie établie afin d'en "finir avec ces zones rouges où les femmes ne peuvent pas circuler librement". "Des policiers en civil pourront par exemple intervenir par surprise dès lors que des phénomènes de harcèlement de rue seront constatés, puis verbaliser", explique Marlène Schiappa, selon qui 2 000 policiers rempliront cette mission.À LIRE AUSSI : Le "lissage gate" de Marlène Schiappa : un ministre peut-il vanter les mérites d'un salon de coiffure ?Les auteurs d'outrages sexistes - une contravention créée par la loi du 3 août 2018 - seront ainsi punis de 750 euros d'amende, voire 1 500 euros en cas de circonstance aggravante (lorsque la victime a moins de 15 ans, notamment). "On ne peut pas dire aux femmes : 'demandez des augmentations',...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République