La quarantaine levée à l'arrivée au Royaume-Uni pour certains pays, mais pas la France?

Le HuffPost avec AFP
Selon la presse britannique, le gouvernement du Royaume-Uni prévoirait de lever, pour certains pays, la quatorzaine à l'arrivée dans le pays (image d'illustration). 

CORONAVIRUS - Le gouvernement britannique réfléchit à introduire des ponts aériens avec certains pays ce qui éviterait aux voyageurs entrant au Royaume-Uni d’observer la quarantaine tant redoutée par les professionnels du tourisme, rapportent des journaux ce mardi 2 juin.

Deuxième pays le plus endeuillé par le nouveau coronavirus, le Royaume-Uni opère très progressivement un assouplissement du confinement introduit fin mars, une étape délicate et jugée prématurée par certains scientifiques. Pour empêcher une recrudescence des cas, Londres a annoncé la mise en place d’une quarantaine pour les arrivées internationales.

À partir de lundi prochain, les voyageurs arrivant au Royaume-Uni par air, terre ou mer devront rester isolés quatorze jours, un projet désapprouvé par les professionnels de l’aviation et du tourisme qui avertissent de conséquences potentiellement catastrophiques pour leurs secteurs. Mais plusieurs assouplissements à cette mesure sont envisagés, rapportent le Times, le Telegraph et le Guardian.

Grèce, Australie, Portugal... et la France?

Le gouvernement, qui a indiqué qu’il réévaluerait cette mesure toutes les trois semaines, envisage d’autoriser des ponts aériens dès la fin du mois, à l’approche des vacances d’été, indique le Times.

Les pays avec lesquels le Royaume-Uni pourrait nouer des ponts aériens seront sélectionnés en fonction de leur importance économique pour le Royaume-Uni, du niveau de risque de transmission du virus, du nombre de passagers concernés, et des mesures en place dans les aéroports, rapporte le quotidien.

Les voyageurs arrivant de Grèce, Australie et Portugal pourraient éviter la quarantaine, selon le Daily Telegraph. Le quotidien conservateur rapporte que le Premier ministre Boris Johnson est “personnellement favorable” à des ponts aériens après les critiques dans les rangs conservateurs et les cris d’alarme de plus de 200 patrons de l’aviation et du tourisme comme ceux de Ryanair ou d’IAG, maison mère de British Airways.

Reprise...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post