Quarantaine pour certains voyageurs : l'isolement doit être mieux "contrôlé", selon Amouyel

·2 min de lecture

Une quarantaine de dix jours entre en vigueur à partir de samedi pour tous les voyageurs revenant du Brésil, d'Inde, du Chili, d'Afrique du Sud, d'Argentine et de Guyane. Une bonne mesure, estime Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, mais qui ne sera efficace qu'en cas de contrôles stricts des mesures d'isolement.

Cette mesure permettra-t-elle d'éviter un nouveau rebond de l'épidémie de coronavirus ? Alors que la potentielle propagation des variants brésilien, sud-africain ou encore indien inquiète les autorités sanitaires et politiques, une quarantaine de dix jours entre en vigueur à partir de samedi pour tous les voyageurs revenant du Brésil, d'Inde, du Chili, d'Afrique du Sud, d'Argentine mais aussi de Guyane. Sur Europe 1, Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, salue la mise en place de cette mesure, mais insiste : pour qu'elle soit efficace, cette politique de quarantaine doit être strictement appliquée et contrôlée. 

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 24 avril

"La quarantaine est essentielle", martèle Philippe Amouyel, notamment face au risque de propagation des variants. "On a ces variants à nos portes. Ils sont probablement déjà arrivés sur le sol français. Il faut éviter qu'ils prennent le pas sur les anciens variants qu'on a connu comme l'a fait le britannique", poursuit-il. Et pour cela, la priorité est de "limiter leur origine".

La quarantaine ? "On aurait dû la faire depuis un certain temps" 

"La quarantaine, on aurait dû la faire depuis un certain temps", pointe le professeur de santé publique. Mais, ajoute-t-il aussitôt, elle ne peut se suffire à elle-même, et "doit être associée à des mesures d'isolement que l'on puisse contrôler". Notant que l'amende en cas de fraude a été élevée (elle oscillera entre 1...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :