Quand #MeToo s'invite doublement devant la cour d'appel

Pierre Tremblay
·Journaliste
·1 min de lecture
Mercredi 27 janvier, la cour d'appel à Paris jugeait deux affaires liées au mouvement #Metoo, après les condamnation pour diffamation de Sandra Muller et Ariane Fornia. (Photo: AFP)
Mercredi 27 janvier, la cour d'appel à Paris jugeait deux affaires liées au mouvement #Metoo, après les condamnation pour diffamation de Sandra Muller et Ariane Fornia. (Photo: AFP)

#MeToo - On a beaucoup prononcé l’anglicisme “hashtag” à la cour d’appel de Paris, ce mercredi 27 janvier. Plus de trois ans après la déflagration de #BalanceTonPorc et #Metoo, deux femmes tentaient de faire renverser leur condamnation pour diffamation, après avoir dénoncé publiquement, dans des affaires distinctes, un harcèlement ou une agression sexuelle.

La cour a d’abord entendu l’écrivaine Ariane Fornia, de son vrai nom Alexandra Besson et fille de l’ancien ministre Éric Besson, qui avait été condamnée en janvier 2020 à verser un euro symbolique de dommages et intérêts, ainsi que 3000 euros au titre des frais de justice à Pierre Joxe. Une condamnation qui faisait suite à la publication d’un billet de blog dans lequel elle accusait un “ancien ministre de Mitterrand” d’agression sexuelle.

Puis, ce fut le tour des avocats de Sandra Muller (retenue aux États-Unis en raison de la pandémie de Covid-19), condamnée en septembre 2019 à 15.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral, après avoir nommément accusé de harcèlement sexuel Éric Brion, ex‐patron de la chaîne Équidia, sur Twitter.

Des “juges en dehors de ce qui se passe”

Au cours de ces audiences, toutes les parties civiles ont invoqué, parfois pour des intérêts diamétralement opposés, l’actualité. “Notre responsabilité est immense. Il n’y a pas que Sandra Muller dans cette salle aujourd’hui”, a fait valoir Jade Dousselin, avocate de la journaliste, déplorant un premier jugement “comme si tout ça n’avait pas servi”.

S’il n’y pas d’inflexion de la justice, “on ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.