Marine Le Pen dénonce un appel à la prière islamique fictif

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale le 3 mars.  (Photo: LUDOVIC MARIN via Getty Images)

POLITIQUE - C’est le risque lorsque l’on fait un peu trop confiance aux vidéos circulant sur Internet. Samedi 4 avril, Marine Le Pen a écrit une lettre ouverte à Christophe Castaner dénonçant “une nouvelle escalade dans l’occupation illégale du domaine public par voie sonore” observée ces derniers jours. 

“Un certain nombre de mosquées profitent des consignes de confinement et de l’accaparement des forces de sécurité pour faire retentir dans l’espace public par haut-parleurs l’appel du muezzin à la prière islamique: Lyon, Valentigney (Doubs), etc.”, écrivait-elle, montage vidéo à l’appui

“La mosquée est fermée depuis le début du confinement”

Dans ce courrier comme dans le montage concocté par le parti d’extrême droite, figurait donc, en exemple parmi d’autres, la ville de Valentigney, située dans le Doubs. Or, comme le souligne France 3 Bourgogne-Franche-Comté, il n’y a tout simplement jamais eu d’appel à la prière dans cette ville du Pays de Montbéliard.

“L’extrait utilisé par le Rassemblement national est issu d’une vidéo postée sur le compte Facebook de la mosquée turque de Valentigney. Mais l’appel à la prière en question est diffusé à l’intérieur d’un appartement, à plusieurs centaines de mètres”, note le média local.

“Un membre du comité de l’association a filmé l’appel à la prière chez lui, dans son appartement, depuis son balcon. En aucun cas, cet appel vient de la mosquée. Elle est fermée depuis le début du confinement”, précise par ailleurs Orhan Ekici, le président de la mosquée, cité par la chaîne. Alors, comment cette vidéo et la ville de Valentigney se sont retrouvées dans le montage et le communiqué de Marine Le Pen?

Comme le remarque Libération, la séquence avait été isolée puis partagée par le compte Twitter “Dômes et minarets”. C’est ce compte, “aux motivations obscures, mais très suivi par la fachosphère” qui a en premier affirmé qu’il s’agissait d’un appel émanant de la mosquée. Une affirmation que l’état-major du RN a donc repris sans la moindre précaution, jusqu’à la faire apparaître dans le courrier adressé au ministre de l’Intérieur. 

Ce n’est pas la première fois depuis le confinement que le RN réagit un peu trop rapidement à des vidéos trompeuses circulant sur les réseaux sociaux. En mars, le Rassemblement national en Seine-Saint-Denis avait partagé sur Facebook une vidéo montrant une rixe dans un Lidl d’Aubervilliers, dénonçant “une horde de racailles qui pillent et ne respectent pas la loi” en plein confinement, alors que les images dataient de mai 2019.

À voir également sur Le HuffPost: Quand Marine Le Pen pensait que la France avait acheté “sans raison” trop de masques

LIRE AUSSI

Le confinement bouleverse les statistiques des crimes et délits en mars

Coronavirus: le port du masque bientôt obligatoire à Nice

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.