Giflé, Macron veut garder "le contact" malgré "les risques du métier"

·1 min de lecture
Giflé, Macron veut garder "le contact" malgré "les risques du métier"
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

VIOLENCE - Dégonfler sans banaliser. “Tout va bien. Il faut relativiser cet incident qui est, je pense, un fait isolé”, a réagi Emmanuel Macron après avoir reçu une gifle lors d’un bain boule improvisé à Tain-l’Hermitage, mardi 8 juin. L’auteur du geste, Damien T., vient d’être condamné à 18 mois de prison (dont 4 mois ferme), ce jeudi.

“En démocratie, il n’y a pas de place pour la haine et la violence mais il ne faut pas donner trop de place à cela car on finit par penser que c’est partout dans la société, ce qui n’est pas vrai”, avait réagi à chaud le chef de l’État, qui s’est dit déterminé à poursuivre ses prises de contact frontales. “Je continuerai. Rien ne m’arrêtera”, a-t-il prévenu.

Relativiser un événement, qui aurait pu beaucoup plus mal tourner semble être une attitude régulière chez Emmanuel Macron, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

“C’est pas méchant”

En mars 2017, celui qui n’était encore que candidat à la présidentielle avait été la cible d’un jet d’œuf, qui a atterri au sommet de son crâne au cours d’un déplacement au Salon de l’agriculture.

“Un incident que le candidat d’En Marche! a minimisé en jugeant qu’il faisait partie du “folklore”″, rapportait alors l’AFP. “Un œuf, c’est pas méchant. Il faut être détendu, c’est pas méchant. C’est un petit oeuf, c’est rien. Ne vous en faites pas. Vous savez, c’est les risques du métier”, l’entend-on pla...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles