Quadrantides : ne manquez pas la première pluie d'étoiles filantes de l'année 2022

·2 min de lecture

Observables du 28 décembre au 12 janvier, les étoiles filantes des Quadrantides vont atteindre leur intensité maximale le 3 janvier 2022.

Certes, le mois de janvier n'est pas celui où l'on rêve d'attendre de longues minutes dehors. Mais les plus courageux auront tout intérêt à braver le froid le 3 janvier 2022. En pointant ses yeux en direction du nord-est, il sera peut-être possible d'apercevoir quelques dizaines d'étoiles filantes. Les premières de 2022.

A l'origine des Quadrantides, une comète disparue

Contrairement à d'autres essaims connus, comme les Léonides ou les célèbres , les Quadrantides proviennent d'une comète éteinte qui, dans son parcours autour du Soleil, a laissé des poussières dans son sillage. Chaque année, entre le 28 décembre et le 12 janvier, la Terre les traverse. Ces poussières entrent en collision avec notre atmosphère à près de 150.000 km/h. Leur vaporisation et l'ionisation de l'air sur leur chemin provoquent le phénomène d'étoiles filantes. Selon l', en cette année 2022, "les Quadrantides devraient connaître un pic d'activité vers 21h heure universelle le 3 janvier", soit vers 22h, heure de Paris. Les heures suivantes offriront une occasion magnifique pour observer d'impressionnantes étoiles filantes, à condition de braver le froid mais aussi d'avoir la chance de résider dans une région épargnée par les nuages.

27792_1634301_k2_k1_3769002.jpg
27792_1634301_k2_k1_3769002.jpg

Aspect du ciel durant la nuit du 3 au 4, vers 1 h du matin. Z désigne le zénith et R le point dont les étoiles filantes semblent provenir : le radiant. Crédit : Johan Kieken

Rien de mieux que les yeux pour observer

Pour observer le ciel, rien de mieux que d'utiliser ses yeux, particulièrement pour tenter d'apercevoir des étoiles filantes. En effet, seul l'œil offre une vision "grand angle" qui restituera l'ampleur du phénomène, explique l'Association française d'astronomie (AFA). Pour mieux distinguer les planètes et les constellations, des jumelles, une lunette ou un petit télescope peuvent être utiles. Attention toutefois aux éblouissements si vous tentez une observation de nuit : dans l'obscurité la pupille se dilate mais une simple torche, des phares de voiture[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles