Qu’est-ce qu’un classement sans suite ?

© Sipa

Le ministre Damien Abad (Solidarités, Autonomie et Personnes handicapées) a été accusé de viol par deux femmes, pour des faits remontant à 2010-2011, comme l’a révélé Mediapart. Deux plaintes avaient été déposées, toutes deux classées sans suite en 2012 puis en 2017. Cette décision, selon les articles 40 et 40-1 du Code de procédure pénale, est prise par un magistrat du parquet (le procureur et ses substituts) et correspond à l’arrêt d’une enquête. Cela concerne 73 % des dossiers de violences sexuelles.

Retrouvez toutes les antisèches du Journal de Demain  ici

Le magistrat est alors dans l’obligation de prévenir le plaignant et de lui indiquer la raison de ce classement. Dans le cas des accusations visant Damien Abad, les faits étaient « insuffisamment caractérisés ».
Le classement sans suite, qui a pour conséquence l’absence de poursuites pénales, n’est pas définitif tant que les faits ne sont pas prescrits (vingt ans pour les viols). À tout moment, un magistrat peut décider de rouvrir l’enquête.

Lire aussi - Le premier Conseil des ministres du gouvernement Borne éclipsé par l’affaire Abad

Face à un classement sans suite, le plaignant a trois solutions :
- le recours hiérarchique auprès du procureur général,
- la constitution de partie civile devant un juge d’instruction,
- la citation directe devant le tribunal (uniquement possible pour les délits ou les contraventions, pas pour les crimes).

À écouter également :


Retrouvez cet article sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles