Qu’est-ce que cette "grippe de la tomate" qui inquiète les Indiens ?

Est-elle si mystérieuse que cela, cette "grippe de la tomate" ? Cette épidémie de moins d'une centaine de cas est-elle si alarmante ? Des médias français en ligne ont repris chacun à leur tour des informations collectées dans quelques articles de la presse indienne. Une revue de la presse par Sciences et Avenir pour se faire une idée de cette alerte épidémique… et arrêter de paniquer.

Au début du mois de mai 2022, ont été rapportés auprès des autorités du Kerala, petit Etat méridional de l’Inde, les premiers cas d’une affection touchant principalement des enfants de moins de 5 ans.

"Grippe de la tomate"… une expression à prendre avec des pincettes

Celle-ci a été baptisée par la presse locale par l’expression en anglais tomato flu ; flu étant la contraction de influenza ou grippe. Tomato flu ou grippe de la tomate se réfère aux cloques rondes et rouges que les petits patients arborent sur leur corps. Le terme mis en avant sans guillemets ni distance dans l’article du quotidien indien en ligne a de quoi inquiéter... ou faire sourire.

Mais alors qu’est-ce que cette "grippe de la tomate" ?

Dès la mi-mai, les autorités du Kerala, point de départ de l’épidémie qui a touché un peu moins d’une centaine d’enfants à ce jour se voulaient rassurantes. La ministre de la Santé du petit Etat méridional qu’il s’agissait d’une variante du , une maladie virale qui affecte les enfants âgés de 6 mois à 4 ans, et plus rarement les adultes. Il convenait d’être attentif aux premiers symptômes afin d’éviter toute évolution vers des complications, comme des fièvres trop fortes pour les très jeunes organismes.

Les symptômes les plus communs sont des éruptions cutanées - les fameuses cloques rouges à l’origine de l’appellation intrigante - accompagnées d’intenses démangeaisons de la peau au niveau des mains, des pieds, des aphtes douloureuses dans la bouche ainsi qu’une déshydratation sévère.

A ces manifestations très fatigantes pour les petits malades, peuvent s’ajouter également de la fatigue, des douleurs articulaires, des crampes d'estomac, des nausées et vomissements, des diarrhées, de la toux et des éternuements, un nez qui coule, des courbatures et enfin une fièvre élevée à surveiller de très près.

Dans certains cas, on observe une décoloration des mains et des genoux.

La maladie étant très contagieuse, et se faisant par la salive, le mucus, les excréments et l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles