Voici ce qu’a dit le député RN, Grégoire de Fournas, selon le compte-rendu de l’Assemblée nationale

© Jacques Witt/Sipa

« Qu’il(s) retourne(nt) en Afrique ! ». Les propos controversés de Grégoire de Fournas, élu du Rassemblement national, en réponse au discours du député de La France insoumise Carlos Martens Bilongo ont conduit à l’arrêt exceptionnel de la séance des questions au gouvernement jeudi après-midi, après une vague d’indignation dans l’hémicycle. L’Insoumis évoquait alors l’immigration clandestine en mettant en exergue la situation du navire Ocean Viking, et des 234 migrants qu’il a secourus, bloqué dans les eaux internationales. Visé par des accusations de racisme, l’encarté RN s’était rapidement défendu en stipulant sur Twitter parler du bateau et des migrants, non de « (s)on collègue ».  Alors, pluriel ou singulier ? Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’Assemblée nationale a publié sur son site  la retranscription écrite des débats tenus quelques heures plus tôt.

Dans ce compte-rendu des débats, les fonctionnaires de l’Assemblée nationale ont noté au singulier la phrase « Qu’il retourne en Afrique », prononcée par Grégoire de Fournas. Ce choix sémantique traduit l’impossibilité de déterminer sur une oralité si le politicien a voulu employer le pluriel ou non. Après cette formule polémique sont retranscrits les exclamations émanant de tous les bords de l’hémicycle, mais aussi les réactions de deux élues RN, Laure Lavalette et Caroline Parmentier, qui martèlent que leur confrère « parlait du bateau ».

Lire aussi - Propos raciste à l’Assemblée : le vernis se craquelle au Rassembleme...


Lire la suite sur LeJDD