Ce qu'on le sait des aveux de Jacques Rançon pour le meurtre d'Isabelle Mesnage, il y a 33 ans

franceinfo avec AFP
Des "blessures similaires" à celles infligées à ses deux victimes de Perpignan avaient été retrouvées sur la victime, assassinée en 1986, près d'Amiens.

C'est un meurtre vieux de 33 ans qui vient d'être élucidé. Déjà condamné à la perpétuité pour le viol et le meurtre de deux jeunes femmes à la fin des années 1990, Jacques Rançon a avoué, jeudi 20 juin, avoir commis le viol et l'assassinat en d'Isabelle Mesnage, en 1986, près d'Amiens (Somme).

L’enquête ouverte par les gendarmes avait exploré de nombreuses pistes pendant plusieurs années, sans résultat. Franceinfo vous explique comment les enquêteurs ont remonté la trace du "tueur de la gare de Perpignan".

Que savait-on de ce meurtre jusqu'ici ?

Le corps d'Isabelle Mesnage, une jeune informaticienne de 20 ans, avait été découvert le 3 juillet 1986 aux abords d'un chemin de Cachy, près d'Amiens. Elle avait disparu depuis cinq jours alors qu'elle était partie faire une randonnée. Ses vêtements étaient en partie déchirés et des objets lui appartenant avaient été retrouvés disséminés près d'elle. Son corps portait des traces de coups.

L'enquête, ouverte par les gendarmes, avait exploré de nombreuses pistes, en vain, jusqu'à un non-lieu prononcé en 1992. Mais en 2016, la famille Mesnage a saisi deux spécialistes des cold case : les avocats Corinne Herrmann et Didier Seban. Ces derniers insistent auprès du parquet pour rouvrir l’enquête, confiée depuis (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi