Ce qu'il faut savoir sur le psoriasis dont souffre Kim Kardashian

Sandra Lorenzo

SANTÉ - Kim Kardashian souffre d'un psoriasis. Diagnostiquée, en 2011, de cette maladie inflammatoire qui se manifeste par des plaques rouges sur la peau, la sœur aînée de Kylie Jenner en parle régulièrement à ses abonnés sur les réseaux sociaux, à l'instar de ce dimanche 17 mars sur Instagram, où elle a partagé une photo d'elle au réveil sans maquillage.

On y voit la jeune femme de 37 ans, dans son lit, sans maquillage. Des marques rouges provoquées par la maladie sont reconnaissables au coin de ses yeux, sur le front, le menton, mais aussi sur les joues, comme en témoigne le cliché ci-dessous qui provient de sa story.

En février dernier, la star de téléréalité se disait prête à tout pour se débarrasser de cette maladie. Elle n'hésitait pas à enduire ses lésions cutanées d'un mélange tenu secret d'herbes et de myrtilles.

Comme elle, de nombreuses personnes dans le monde souffrent de cette maladie. En France, elle touche 2,5 millions de gens.

En général, les cellules de la peau se renouvellent en 28 jours. Celles des personnes souffrant de psoriasis se renouvellent, elles, en trois jours. Des plaques rouges et épaisses apparaissent alors à la surface de l'épiderme, elles sont couvertes de peaux mortes blanches qu'on appelle les squames.

Sur Internet, comme dans la vie de tous les jours, les préjugés sur le psoriasis ont la vie dure. On entend tout et son contraire à son sujet.

Le psoriasis n'est pas une maladie grave: Faux

C'est un grand pas dans la lutte contre cette maladie. En mai 2014, l'OMS a, dans une résolution, reconnu que le psoriasis était une maladie grave. L'Organisation mondiale de la Santé a encouragé les États à sensibiliser leurs concitoyens au problème du psoriasis et à dénoncer la stigmatisation dont sont victimes les malades.

C'est contagieux: Faux

Le psoriasis n'est pas contagieux. Un malade ne peut pas transmettre la maladie par le toucher, les vêtements ni le contact physique. Les causes de la maladie sont encore assez mal...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post