Qatar: des travailleurs migrants impayés risquent la famine

Amnesty International a attiré l'attention sur le cas de dizaines de travailleurs migrants laissés sans salaire depuis près d'un an par leur employeur au Qatar et qui ont du mal à se nourrir.

Dans un communiqué publié mercredi, l'organisation de défense des droits de l'Homme a appelé les autorités à intervenir pour résoudre ce cas, alors que le Qatar est déjà sous le feu des critiques pour les mauvaises conditions des travailleurs immigrés sur les chantiers du Mondial 2022.

Amnesty a appelé ces autorités à "trouver une solution à la situation critique des employés" de la compagnie Lee Trading and Contracting (LTC), plus de 80 ouvriers du bâtiment de différentes nationalités, en majorité des Népalais.

A la mi-novembre, le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty, avait déjà attiré, selon le communiqué, l'attention du ministère du Travail du Qatar sur le cas de ces ouvriers, après leur avoir rendu visite dans leur camp.

"Cela fait maintenant plus d'un mois qu'on a rendu visite à ces hommes et constaté leur désespoir mais leur épreuve n'a pas pris fin", a déploré le responsable d'Amnesty dans le communiqué.

Ces travailleurs n'ont pas d'argent pour se nourrir ni en envoyer chez eux.

Ces ouvriers ont effectué les finitions aux 38 et 39ème étages d'une tour appelé Al-Bidda Tower, qui abrite les bureaux de plusieurs organisations liées football.

Ils ont achevé ce chantier mi-octobre et se trouvent depuis bloqués dans leur camp. Ils ont tenté de porter plainte mais le tribunal chargé du droit du travail a demandé à chacun des frais de 165 dollars qu'ils ont été incapables de payer.

Amnesty a relevé que la loi du Qatar exempte pourtant les travailleurs de tout frais de justice.

"Ce cas illustre parfaitement les difficultés qu'ont les migrants d'accéder à la justice", a commenté M. Shetty.

Ces migrants avaient cessé le travail en août 2013 pour protester contre les salaires impayés mais avaient été forcés à le reprendre par la compagnie, selon Amnesty International.

Les représentants de LTC étaient injoignables mardi soir mais Amnesty a indiqué qu'un responsable de compagnie lui avait confirmé en novembre l'arrêt du paiement d'une prime d'alimentation de 69 dollars par mois.

"C'est une honte de constater que l'un des pays les plus riches du monde laisse des travailleurs exposés au risque de famine", a commenté M. Shetty.

Le Qatar, soumis à un feu de critiques sur les conditions de travail des immigrés, avait jugé le 21 novembre "exagérées" les évaluations faites à ce sujet par des syndicats interntionaux, des organisations de défense des droits de l'Homme et même des instances du football international.

Un porte-parole officiel avait toutefois souligné que les autorités prenaient au sérieux ces "allégation" et rappelé l'engagement de Doha d'améliorer les conditions de travail sur les chantiers du Mondial 2022 et son intention de sévir contre les compagnies qui ne respectent pas le droit du travail.

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.
POLL

La France se mobilise-t-elle assez pour les migrants ?

Chargement...
Options du sondage