Qatar: les premières législatives laissent peu de places aux femmes et aux étrangers

·2 min de lecture

À quelques mois de la Coupe du monde de football, certains citoyens du Qatar sont appelés aux urnes ce samedi 1er octobre pour élire les nouveaux membres du conseil de la Shura. Au terme de cette journée, 30 candidats seront en effet élus pour siéger au sein de cet organe législatif. Les 15 autres sièges à pourvoir seront quant à eux attribués par l’émir Tamim ben Hamad Al-Thani en personne.

Avec notre correspondant régional, Nicolas Keraudren

C‘était une vieille promesse. Près de vingt ans après les avoir proposées, le Qatar organise ce samedi les premières élections législatives de son histoire. Au total, 284 candidats - dont 28 femmes - se sont lancés il y a environ deux semaines dans une campagne électorale plutôt discrète.

Les élus auront principalement trois fonctions. D'abord, celle de proposer ou encore d‘amender les lois du pays. Ils auront également la responsabilité d‘approuver le budget de l‘État. Enfin, ces nouveaux parlementaires disposeront d‘un certain contrôle sur l‘exécutif puisqu‘ils peuvent, sous certaines conditions très strictes, démettre un ministre de ses fonctions.

À lire aussi : Le Qatar, acteur diplomatique incontournable en Afghanistan

Loi électorale « discriminatoire »

Cette avancée démocratique a néanmoins fait resurgir les sensibilités tribales au Qatar. Cet été, des membres de la tribu al-Murrah ont protesté à Doha contre la loi électorale qu’ils jugent « discriminatoire ».

Car les restrictions au droit de vote concernent aussi certains citoyens de ce pays où près de 90% de la population est étrangère. Ceux dont les ancêtres ne vivaient pas dans le pays en 1930 ne pourront pas voter. Les naturalisés, quant à eux, doivent prouver que leur grand-père paternel est né au Qatar.

► À lire également : Mondial 2022: la gestion des travailleurs immigrés par le Qatar mènera-t-elle au boycott?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles