Le Qatar, ce petit émirat qui se rêve en grand de ce monde

Une monarchie absolue

Le Qatar est une monarchie absolue. L’émir avait promis d’organiser des élections dès 2011 mais cette promesse n’a été réalisée que dix ans plus tard, en 2021. Et le Parlement – en réalité une simple chambre consultative – n’a guère de poids face la famille régnante des Al Thani. Celle-ci occupe la plupart des postes de responsabilité et les principaux portefeuilles ministériels. Elle gouverne par cooptation avec les représentants de quelques grandes familles et les tribus du pays. L’actuel émir, Tamim ben Hamad Al-Thani, né en 1980, a accédé au trône en 2013 à la faveur de l’abdication de son père, Hamad ben Khalifa Al-Thani, pour des raisons de santé et pour assurer une transition en douceur du pouvoir. Hamad ben Khalifa était arrivé au pouvoir par une révolution de palais contre son propre père en 1995.

Un pays qui a à peine 50 ans.. Courrier international
Un pays qui a à peine 50 ans.. Courrier international

Le premier exportateur mondial de gaz liquéfié

Détenteur des deuxièmes réserves de gaz naturel du monde, ce n’est qu’à partir de 1996 que le Qatar lance un ambitieux programme pour le gaz naturel liquéfié (GNL), dont il devient rapidement le premier exportateur mondial. La guerre en Ukraine a encore renforcé la position du pays sur le marché mondial. Le Qatar a en effet opté pour une politique énergétique accomodante vis-à-vis de l’Occident, ce qui lui a permis de convertir notamment l’Allemagne à la technique du gaz naturel liquéfié pour compenser la perte des fournitures russes. L’émirat prévoit d’augmenter sa production de plus de 50 % d’ici à 2027, alors que ce secteur constitue déjà plus de 90 % de ses exportations et lui permet d’afficher l’un des revenus par tête d’habitant les plus élevés du monde. L’actuel émir, Tamim ben Hamad Al-Thani, cherche à diversifier l’économie du pays, en s’inspirant du modèle des Émirats arabes unis voisins, qui ont réussi à devenir une destination touristique et une importante plateforme logistique pour le transport maritime et aérien. L’organisation de la Coupe du monde de football, et plus généralement les investissements dans le secteur sportif, s’inscrit dans cette volonté de réduire la forte dépendance au gaz du Qatar.

[...] Lire la suite sur Courrier international