Qatar: une filiale de Vinci bientôt mise en examen pour «traite d'êtres humains» et «travail forcé»?

Amer Ghazzal / Barcroft Media via Getty Images

Vinci va-t-il être mis en examen pour « traite d'êtres humains » et « travail forcé » au Qatar ? Une filiale du groupe français de BTP est convoquée mercredi 9 novembre, par un juge d'instruction de Nanterre. Vinci l'a annoncé ce lundi matin dans un communiqué, confirmant ainsi une information parue hier dans le journal Le Parisien.

Vinci Construction Grands Projets, la filiale qatarienne du géant français, est accusée par l'association Sherpa et le Comité contre l'esclavage moderne de maltraiter ses employés. Des ouvriers venus du Népal, d'Inde, du Bangladesh et du Pakistan qui, depuis 2011, travailleraient pour un salaire très bas 6 jours sur 7, même en cas de très forte chaleur, sur plusieurs chantiers en vue du Mondial de football. En cas de protestation, ces travailleurs, à qui on aurait confisqué leur passeport, seraient menacés d'être renvoyés chez eux. Entassés dans de toutes petites chambres, ils n'auraient pas accès à assez de douches.

►À lire aussi : Qatar: la souffrance des travailleurs étrangers, bâtisseurs oubliés de la Coupe du monde 2022

Trois chantiers sont décriés par ces plaignants : celui du « métro léger » ralliant Doha à Lusail, ville nouvelle qui accueillera la finale de la Coupe du monde de football, celui des parkings souterrains de Lusail, ainsi que ceux du chantier de l'hôtel de luxe Sheraton, au cœur de Doha.

Vinci réfute ces accusations


Lire la suite sur RFI