Qatar 2022 : avis de grand froid dans le désert

© Michael Zemanek//SIPA

On nous promettait une étuve, une fournaise, un hammam à ciel ouvert. Ces sont des réfrigérateurs, pire des chambres froides qu’ont découvertes les premiers spectateurs du Mondial de l’or noir. Pour un peu, les fans européens présents à Doha en viendraient presqu’à regretter l’été indien qui baigna notre automne d’un temps doux. Une parenthèse enchantée fort agréable où l’on en oubliait souvent la petite laine.

À lire aussi Le Qatar rate son entrée dans les grandes largeurs, ultra-dominé par l'Equateur

Au Qatar, ce n’est pas la même chanson. La journée, c’est bien la chape de plomb attendue, un vent sec un soleil bien ardent et un cagnard du diable. Mais dans les stades, lors des matches pour la plupart disputés après le coucher du soleil, les organisateurs ont reconstitué une Terre Adélie miniature au milieu du désert. Ça frisonne. Ça grelote. Ça pèle même franchement. Les organisateurs ont reconstitué la base d’Umont d’Urville aux cœur des ergs et des oasis.

À lire aussi Coupe du monde : Saint-Giroud, priez pour nous, par Jacques Vendroux

Température ressentie : 20 degrés

Pour le match d’ouverture, au Al-Bayt Stadium, sous le coup des 19 heures il faisait 27 degrés au soleil, et un doux zéphyr rafraichissait l’air ambiant. Mais dans le stade, la climatisation tournait à plein régime et la température ressentie était d'à peine 20 degrés. Lundi, la presse locale évoquait ce froid polaire, témoignages à l’appui, pour expliquer l’exode massif des specta...


Lire la suite sur ParisMatch