QAnon est banni de Facebook, mais la bataille contre les théories du complot n'est pas gagnée

·1 min de lecture

La décision de Facebook de retirer toutes les pages et tous les groupes associés à la mouvance de théories du complot de l'extrême droite QAnon compromettra la capacité des communautés virtuelles dangereuses à répandre leurs messages radicaux, mais cela ne les enrayera pas complètement. L'annonce faite par Facebook le 6 octobre du retrait par l'entreprise de tous les "comptes représentant QAnon, même s'ils ne contiennent aucun contenu violent" suit une précédente décision du média social de déclasser le contenu de QAnon dans les résultats de recherche sur Facebook. Elle a été suivie par Instagram. Le 15 octobre, YouTube a dicté de nouvelles règles concernant la diffusion de vidéos conspirationnistes, mais le réseau n'a pas ordonné une interdiction complète.

Ce mois-ci marque le troisième anniversaire de la mouvance qui a commencé lorsqu'une personne connue sous le nom de Q a publié une série de théories du complot en ligne sur le forum 4chan. Q mettait les gens en garde contre un réseau d'élites mondiales de l'Etat profond satanique s'adonnant à la pédophilie et au trafic sexuel et affirmait que le président américain Donald Trump travaillait à un plan secret pour démanteler le réseau.

QAnon est désormais un phénomène mondial

Avant cette année, la majorité des gens n'avaient jamais entendu parler de QAnon. Mais au cours de 2020, la mouvance marginale a rallié de nombreux adeptes aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde, y compris nombre de politiciens républicains qui ont fai...


Lire la suite sur LeJDD