Pyrénées-Orientales: un homme soupçonné d'avoir tué sa femme avant de s'immoler

Un véhicule de gendarmerie (photo d'illustration). - AFP
Un véhicule de gendarmerie (photo d'illustration). - AFP

Un homme est soupçonné d'avoir tué sa femme avant de se donner la mort par immolation à Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales). "Une enquête a été ouverte pour meurtre sur conjoint suivi du suicide du mari, c'est l'hypothèse sur laquelle on va travailler", a déclaré Jean-David Cavaillé, procureur de la République de Perpignan.

"L'examen des corps ne permet pas de déterminer les causes de la mort", a-t-il précisé, alors que les deux autopsies auront lieu en début de semaine prochaine.

Le corps d'un homme, "possiblement le propriétaire des lieux" âgé de 60 ans, a été retrouvé "en partie carbonisé" devant le domicile du couple qui venait de se séparer, selon le procureur. Dans la maison, les gendarmes ont trouvé le corps d'une femme, que le parquet pense être celui de son ex-compagne, âgée de 40 ans.

La victime avait dénoncé des violences

Les gendarmes ont été prévenus par un membre de la famille du sexagénaire samedi en fin d'après-midi, avant de se rendre sur place, dans cette petite ville à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Perpignan.

Durant l'été, la victime avait dénoncé des violences de la part de son conjoint, qui n'avait pu être caractérisées. Dans des messages envoyés au cours du mois d'octobre, la quadragénaire affirmait toutefois que la séparation se passait bien, indique le parquet.

Le couple avait un enfant de 4 ans, qui a été confié à l'Aide sociale à l'enfance, précise France 3 Occitanie. "Ils venaient de l'inscrire à l'école maternelle", exlique William Burghoffer, le maire de la ville, auprès de la chaîne. "Au-delà du meurtre, ce qui me touche tout particulièrement, c'est la petite, qui se retrouve sans parents."

L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de Prades.

Article original publié sur BFMTV.com