Pyrénées-Orientales : la droite se déchire sur le Rassemblement national

·1 min de lecture

Une affaire qui est en train de prendre une dimension nationale. À quelques heures de la fin de campagne pour les régionales et les départementales, la droite se déchire dans les Pyrénées-Orientales sur le Rassemblement national. En cause le candidat LR et sénateur Jean Sol, qui s'est dit prêt jeudi soir à faire alliance avec le parti de Marine Le Pen pour retirer la présidence de ce département à la gauche. Une posture qui a déclenché une avalanche de réactions sur l'ensemble de l'échiquier politique. 

Une polémique qui prend une dimension nationale

Au RN tout d'abord, le maire de Perpignan Louis Alliot a saisi la main tendue et affirme qu'"il y a une possibilité d'entente avec les élus LR". De son côté, Olivier Faure s'étrangle : "Nous avons fait le choix du barrage républicain en PACA, ces hypocrites le fissurent dans les Pyrénées-Orientales !" Mais le patron du PS ne s'arrête pas là et a interpellé deux soutiens du sénateur, Christian Jacob, chef de file LR, mais aussi le Premier ministre Jean Castex, ancien maire de Prades, une commune de 6.000 âmes des Pyrénées-Orientales.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Et les réactions sont plutôt claires. "Aucune alliance avec le Rassemblement national n'est envisageable", a ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles