Pyrénées-Orientales : des vignes labourées à cheval

C'est une activité traditionnelle qui avait disparu sur la Côte Vermeille. " On s'apprête à labourer une vigne sur un domaine qui est totalement bio", explique Julien Rollan, laboureur à cheval. Lui et Bulle, la jument comtoise avec qui il fait équipe depuis huit ans, labourent la terre à la demande des vignerons à Paulilles (Pyrénées-Orientales). Ce jour-là, 7 hectares de syrat, grenache, et vermentino. Rang après rang, aérer la terre, sans la tasser : le travail est physique.

Des vignes en dénivelé Propriétaire d'un centre équestre et passionné de chevaux, Julien s'est formé pendant deux ans pour retrouver les gestes d'antan. "Je me suis lancé dans cette activité pour redonner vie aux labours sur la Côte Vermeille auparavant. L'avantage, c'est qu'il n'y a que le cheval qui peut venir là. On ne peut pas mécaniser ces vignes-là, car elles sont en dénivelé", précise Julien Rollan. Pas de chenillard donc, ni de motoculteur : ce vignoble escarpé exige un travail manuel.