Pyongyang rejette une offre d'aide de Séoul contre dénucléarisation

KCNA via REUTERS

La puissante soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a rejeté vendredi une offre d'aide économique en échange d'une dénucléarisation formulée par le gouvernement sud-coréen, la qualifiant de "sommet d'absurdité".

La puissante soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a rejeté vendredi une offre d'aide économique en échange d'une dénucléarisation formulée par le gouvernement sud-coréen, la qualifiant de "sommet d'absurdité". Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a proposé cette semaine à la Corée du Nord un plan d'aide en aliments, énergie et infrastructure si elle abandonnait son programme d'armement nucléaire. Les analystes jugaient très minces les chances pour que Pyongyang accepte cette offre, formulée pour la première fois en mai par M. Yoon lors de son discours inaugural, la Corée du Nord ayant depuis longtemps affirmé qu'elle n'accepterait jamais un tel marché.

Cette offre est un "sommet d'absurdité", a réagi vendredi Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong Un. "Quand on pense que le plan pour troquer une 'coopération économique' contre notre honneur, (nos) armes nucléaires, est le grand rêve, l'espoir et le plan de Yoon, on se rend compte qu'il est vraiment simple et encore puéril", a-t-elle dit, citée par l'agence officielle KCNA. "Il est clair que nous n'allons pas nous asseoir face à face avec lui", a-t-elle ajouté, avant d'accuser le Sud de recycler des propositions déjà rejetées par le Nord. "Nul ne troque son destin contre des galettes de maïs", a-t-elle affirmé. Le bureau de la présidence sud-coréenne a exprimé son "profond regret" face aux déclarations "désobligeantes" de Kim Yo Jong, mais a ajouté que l'offre d'aide économique tient toujours. "Une telle attitude de la part de la Corée du Nord ne contribue ni à la paix et à la prospérité de la péninsule coréenne, ni à son propre avenir. Elle ne fait que promouvoir son isolement sur la scène internationale", a déclaré le bureau.

"Prêt à déployer"

La semaine dernière,(...)


Lire la suite sur Paris Match