Pyongyang a continué de renforcer son programme nucléaire, selon un rapport de l'Onu

par Michelle Nichols
PYONGYANG A CONTINUÉ DE RENFORCER SON PROGRAMME NUCLÉAIRE, SELON UN RAPPORT DE L'ONU

par Michelle Nichols

NATIONS UNIES (Reuters) - La Corée du Nord a continué de développer et de renforcer ses programmes de missiles nucléaires et balistiques l'an dernier en violation des sanctions des Nations unies en vigueur depuis 2006, selon un rapport confidentiel de l'Onu vu par Reuters.

Le pays a également importé illégalement du pétrole raffiné et exporté quelque 370 millions de dollars de charbon à l'aide de navires chinois, peut-on lire dans ce rapport de 67 pages qui doit être publié le mois prochain.

"En 2019, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) n'a pas interrompu ses programmes illégaux de missiles nucléaires et balistiques, qu'elle a continué de renforcer, en violation des résolutions du Conseil de sécurité", écrivent les experts chargés de contrôler l'application de ces sanctions.

Au total, Pyongyang, qui est sous le coup de sanctions onusiennes depuis 2006, a mené l'an dernier 13 tests de missile, tirant au moins 25 projectiles, y compris de nouveaux types de missiles balistiques à courte portée et lancés par sous-marins.

Pour tenter de contourner les sanctions visant depuis 2017 ses exportations, la Corée du Nord a par ailleurs commencé à exporter des millions de tonnes de matières premières en utilisant des péniches.

"Selon un Etat membre, la RPDC a exporté 3,7 millions de tonnes de charbon entre janvier et août 2019 pour une valeur estimée à 370 millions de dollars", est-il écrit dans le rapport. "La plupart des exportations de charbon de la RPDC, estimées à 2,8 millions de tonnes, ont été effectuées via des transferts de navire à navire depuis des bateaux battant pavillon nord-coréen vers des péniches locales chinoises."

Selon cet Etat membre, non identifié, ces péniches ont ensuite livré le charbon à trois ports de la baie de Hangzhou, en Chine, et à d'autres ports le long du fleuve Yangtze.


LA CHINE DÉMENT TOUTE AIDE

Selon un autre Etat membre cité dans le rapport, la Corée du Nord a également exporté au moins un million de tonnes de sable, d'une valeur estimée à au moins 22 millions de dollars, vers des ports chinois.

Ces accusations sont rejetées par la Chine qui, par le biais d'un représentant de sa mission diplomatique aux Nations unies, a dénoncé des affirmations "sans fondement".

"Concernant la mise en oeuvre des résolutions du Conseil de sécurité concernant la RPDC, la Chine a toujours fidèlement et sérieusement rempli ses obligations internationales et a subi d'immenses pertes et d'énormes pressions dans le processus", a dit ce représentant dans un communiqué.

Les informations contenues dans le rapport de l'Onu pourraient compliquer la reprise des négociations souhaitées par Washington sur la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Malgré des rencontres au sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, inédites à ce niveau, les discussions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis sont dans l'impasse.

La Corée du Nord a fait savoir qu'en l'absence de concessions américaines, elle pourrait s'engager sur une "voie nouvelle", ce qui pourrait signifier la reprise des tirs de missiles intercontinentaux ou des essais nucléaires.

Le sixième et dernier essai nucléaire nord-coréen remonte à septembre 2017.


(avec Huizhong Wu à Pékin, version Marine Pennetier, édité par Bertrand Boucey)