Puy-de-Dôme : il s’enfuit de la prison à cause de la pression qu’il subit

·2 min de lecture
Un homme s'est échappé de prison à cause de la "pression"

Ce lundi 19 juillet, un homme a été jugé par le tribunal de Clermont-Ferrand pour s’être enfui de la prison où il était détenu. Il s’est justifié en disant que les autres détenus lui faisaient subir une pression insupportable.

De l’extérieur, on imagine difficilement à quoi ressemble la vie carcérale. C’est ce qu’a découvert à ses dépens l'homme qui a été jugé ce lundi 19 juillet par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand pour ne jamais être revenu dans sa cellule le 30 octobre. Incarcéré à la prison de Riom, dans le Puy-de-Dôme, il la quittait quotidiennement pour aller travailler à l’extérieur, rapporte le journal La Montagne.

"J'ai craqué"

Si cette histoire peut paraître banale, le motif évoqué par le fuyard devant le tribunal a de quoi surprendre. Et pour cause, l’accusé a dit qu’il avait voulu fuir la pression que lui mettaient les autres détenus. "Ils voulaient me faire garder des téléphones, des choses comme ça. Toute cette pression accumulée… J’ai craqué. J’ai décidé de ne pas rentrer ", a raconté l’homme devant la cour de justice. Une crainte compréhensible, notamment pour un condamné qui souhaite se repentir.

Neuf mois de cavale

Bien qu’il soit sensible à la pression, le prévenu n’est pas un inconnu pour la justice puisque son casier judiciaire compte pas moins de 21 condamnations. Son avocat a toutefois précisé au tribunal que son client n’a commis aucune infraction au cours de ses neufs mois de cavale. Il s’était réfugié chez sa compagne à Clermont-Ferrand, où les policiers l’ont interpellé le 15 juillet. Il a été condamné à six mois de prison ferme supplémentaires, bien assez pour reprendre un gros coup de pression.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles