Puy-de-Dôme : trois gendarmes tués et un quatrième blessé par un forcené

·2 min de lecture

Trois gendarmes ont été tués et un quatrième blessé dans cette nuit du 22 au 23 décembre par un forcené retranché dans une maison d’un hameau du Puy-de-Dôme. Les forces de l’ordre avaient été appelées par une femme, réfugiée sur le toit après avoir subi des violences de sa part.

Les militaires de la compagnie d'Ambert ont subi des tirs alors qu’ils s’approchaient d’une maison située dans un hameau isolé dans la commune de Saint-Just (Puy-de-Dôme). Ils avaient été appelés pour des violences conjugales et venaient au secours d’une femme réfugiée sur le toit. Le bilan humain est très lourd, avec trois victimes et un blessé. Le suspect, âgé de 48 ans, a été retrouvé mort dans sa voiture ce 23 décembre au matin, après avoir pris la fuite.Peu après minuit, deux gendarmes, alertés pour des faits de violence conjugale, se rapprochent de la maison où la femme menacée s’est réfugiée sur le toit. Ils sont alors visés par des tirs. L’un d’eux est grièvement touché. Malgré la prise en charge par les secours, il décède de ses blessures. Ce brigadier, Arno Mavel, était âgé de seulement 21 ans. Le deuxième est blessé à la cuisse et évacué vers l’hôpital d’Ambert.Après ces premiers tirs, le forcené met le feu à sa maison. Quand d’autres gendarmes s’approchent pour déterminer si les pompiers peuvent s’engager pour éteindre l’incendie, ils sont à leur tour visés par l’homme, retranché chez lui et lourdement armé. Deux nouveaux gendarmes sont touchés. Les pompiers ne peuvent...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : "Le survivalisme ne fait pas tirer dans la foule"Trois gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : le procureur décrit "une scène de guerre""Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République