Puy-de-Dôme: minute par minute, le déroulé de la soirée au cours de laquelle trois gendarmes ont été tués par un forcené

Mélanie Vecchio avec Clarisse Martin
·3 min de lecture
Un hélicoptère de la gendarmerie nationale survole Saint-Just le 23 décembre 2020 - OLIVIER CHASSIGNOLE © 2019 AFP
Un hélicoptère de la gendarmerie nationale survole Saint-Just le 23 décembre 2020 - OLIVIER CHASSIGNOLE © 2019 AFP

Trois gendarmes ont été tués par balle et un quatrième blessé mardi soir, lors d'une intervention liée à des violences conjugales, dans le Sud-Est du Puy-de-Dôme.

Après une nuit de recherches, l'individu suspecté d'avoir ouvert le feu à de multiples reprises a été retrouvé mort, a annoncé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ce mercredi matin peu avant 9 heures. L'occupant de la place Beauvau s'est rendu sur place dans la foulée.

20h52 - L'alerte

Il était 20h52, mardi soir, lorsque l'alerte a été donnée par une amie de la victime. Cette dernière se trouve alors sur le toit de son logement, où elle a trouvé refuge pour se protéger de son conjoint violent.

La scène a pour cadre un hameau isolé de la commune de Saint-Just, petite localité de 160 âmes située au coeur du parc naturel régional du Livradois-Forez, à 70 km de Clermont-Ferrand, chef-lieu du département.

20h57 - La brigade d'Ambert est engagée

A la suite de l'appel, les gendarmes de la Communauté de brigades (COB) d'Ambert, sous-préfecture éloignée d'une vingtaine de kilomètres, sont engagés.

21h27 - Arrivée sur les lieux

Les militaires arrivent sur les lieux. Une montée en puissance du dispositif est actée: trois éléments du Peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie (PSIG) sont engagés ainsi qu'un négociateur.

Un poste de commandement est installé à la salle polyvalente de Saint-Just.

22h18 - L'incendie

L'individu, lourdement armé, met le feu à son logement alors que les gendarmes sont sur place.

22h40 - L'homme tente de quitter son domicile

Après avoir provoqué un incendie, le forcené tente de quitter les lieux et ouvre le feu. Les gendarmes répliquent par un tir de riposte. Un militaire est tué, l'autre blessé à la cuisse.

Ce dernier a été transporté par les pompiers vers le centre hospitalier d'Ambert.

22h45 - L'homme prend la fuite

Le forcené réussit à s'enfuir en voiture. Mais l'échappée est tenue en échec: quelque 300 gendarmes ont été déployés pour procéder à son arrestation, et des barrages routiers installés.

Le fuyard accidente son véhicule dans un fossé et regagne son domicile. Dans le hameau, deux gendarmes en reconnaissance sont pris pour cible et tués.

23h05 - La victime est mise en securité

Ce n'est qu'à une heure avancée de la soirée, deux heures après l'alerte, que la victime de violences conjugales a pu être mise en sécurité. Cette dernière, qui n'a pas été hospitalisée, est entendue par les enquêteurs en charge des investigations, confiées à la section de recherches de Clermont-Ferrand.

Le tireur est alors en fuite.

Vers 2h30 - Le GIGN arrive sur place

Le GIGN arrive sur place, le tireur est toujours activement recherché. La zone est bouclée.

En plus des quelque 300 gendarmes, "plusieurs moyens techniques, des équipes cynophiles, de recherche de personnes, un hélicoptère" étaient à pied d'œuvre, détaillait sur BFMTV ce mercredi matin le général Laurent Bitouzet, responsable du Sirpa-Gendarmerie.

8h42 - Le forcené est retrouvé mort

"Le forcené a été retrouvé mort", annonce sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Le corps de l'individu, âgé de 48 ans, a été retrouvé à proximité de son véhicule, à quelques centaines de mètres de son domicile.

L'homme, tireur sportif, était officiellement détenteur de trois armes. Il était gestionnaire d'une exploitation forestière. C'était un ancien militaire, selon La Montagne.

Il était inscrit, selon nos informations, au fichier de traitement des antécédents judiciaires (TAJ) pour des non-paiements de pension alimentaire d'une précédente union et menaces de mort. Il avait également déposé plainte en juin et août 2020 contre son ex-conjointe pour non-présentation d'enfant.

Article original publié sur BFMTV.com