Purificateurs d'air dans les écoles: Blanquer a fini par revoir sa copie

Nabil Touati
·.
·1 min de lecture
Purificateurs d'air dans les écoles: Blanquer a fini par revoir sa copie
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

CORONAVIRUS - Après avoir mis son veto, Jean-Michel Blanquer se dit désormais favorable à l’installation de purificateurs d’air dans les établissements scolaires. À rebours d’autres pays européens, comme l’Allemagne ou l’Espagne, où des appareils filtrant les aérosols en suspension ont commencé à faire leur apparition dans les écoles depuis la rentrée 2020, le ministre français de l’Éducation a longtemps fait de la résistance à cette solution complémentaire à l’aération des pièces, à la distanciation physique et au port du masque pour réduire le risque d’infection au Covid-19.

Début novembre, Jean-Michel Blanquer brandissait au micro de France Inter une ”étude scientifique” concluant à l’inutilité de ces dispositifs, voire à leur dangerosité. “Il semble même que parfois ça renvoie le virus. Moi, je veux bien qu’on me démontre le contraire, mais les études que j’ai à ma disposition disent cela”, affirmait-il alors. Or, le rapport de l’Anses de 2017 cité par le ministre soulignait au contraire les mérites de certains purificateurs d’air, ceux équipés de filtres à haute performance (HEPA) capables de retenir des particules de la taille du SARS-CoV-2, comme l’a relevé Arte.

“Nous encourageons les collectivités”

“S’il est donc exact que certains purificateurs n’offrent aucune garantie, il est un peu rapide de s’appuyer sur des appareils peu performants, pour justifier de ne pas avoir recours à ceux dont l’efficacité est, elle, éprouvée”, ont conclu les vérificateurs de Désintox.

Aujourd’hui, ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.