"Purge" contre les policiers: Castaner porte plainte, l'auteur parle d'une "blague"

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 24 octobre 2018 à Paris

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé lundi avoir porté plainte après la diffusion sur internet de messages appelant à une "purge" des policiers et précisé que l'auteur, qui a reconnu avoir fait "une blague", avait été identifié.

Le jeune homme, un Isérois de 19 ans, s'est présenté au commissariat de Grenoble, où il a été placé en garde à vue à 17 heures, selon une source policière.

Sur Twitter, il a posté des messages affirmant que l'appel à la purge "était une énorme blague et une invention de (sa) part". "Elle a pris une trop grande ampleur alors j?ai décidé d?annoncer (...) que c'était une blague ! Il n?y aura ni purge à Grenoble, Paris, Genève, Lyon etc...", écrit le jeune homme.

"L'auteur a été identifié. Il prétend que c'est "une mauvaise blague", il sera poursuivi", a réagi le ministre de l'Intérieur sur Twitter. "Appeler à la "purge" contre nos policiers, c'est appeler au meurtre", a-t-il poursuivi.

Depuis samedi, plusieurs documents circulent sur les réseaux sociaux. L'un d'eux, intitulé "Les règles de la purge de Corbeil-Essonnes" appelle notamment à attaquer les forces de l'ordre "au mortier, feux d'artifice, pétards, pierres".

Le directeur de la police en Essonne Jean-François Papineau a pour sa part porté plainte contre X lundi, a-t-il indiqué à l'AFP, précisant qu'aucun incident sortant de l'ordinaire n'était pour l'heure à signaler.

Les syndicats de police ont vivement réagi lundi, demandant "une action forte" du ministère de l'Intérieur.

Cette vidéo peut aussi vous intéresser : 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles