A Puerto Rico, une amende pour les parents d'enfants obèses ?

Libération.fr
Obese boy on the beach

Les législateurs portoricains pourraient valider un projet de loi prévoyant des pénalités, allant jusqu'à 800 dollars, pour négligence et mauvais traitements à l'encontre des parents.

Les législateurs de Puerto Rico, territoire situé dans les Caraïbes et dépendant des Etats-Unis, sont en plein débat sur la mise en place d’une amende pour les parents d’enfants obèses pouvant aller jusqu’à 800 dollars (700 euros) rapporte le Guardian.

Le but du projet de loi est d’améliorer le bien-être des enfants, d’aider les parents à faire des choix plus sains pour leur progéniture, ainsi que d’éviter des surcoûts pour la société. «Ces enfants obèses sont un problème de santé publique qui peut devenir une charge financière conséquente, car les enfants peuvent développer un diabète des affections cardiaques ou d’autres maladies», explique le sénateur de Puerto Rico José Luis Dalmau dans El Nuevo Día.

Le texte demande aux membres de l’éducation d’identifier les enfants en surpoids critiques et d’informer les parents sur les effets néfastes de l’obésité sur la croissance et la santé. Six mois plus tard, les professeurs évaluent à nouveau la santé de l’enfant, et si celle-ci ne s’est pas améliorée, ils peuvent alors en référer aux services de l’enfance qui ouvriront un dossier pour mauvais traitements. Si six mois plus tard la situation persiste toujours, les parents se verront infliger une amende de 500 dollars (440 euros). Enfin, dernier recours dans l’éventualité où la santé de l’enfant ne s’améliorerait toujours pas dans le semestre suivant, les parents devront alors s’acquitter de 800 dollars supplémentaires (700 euros).

De nombreux médecins y compris le président de la branche portoricaine de l’Académie américaine de pédiatrie se sont insurgés contre cette mesure, la jugeant injuste.  Plus de 28% des enfants de Puerto Rico sont considérés comme obèses, contre 18% au Etats-Unis.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Contre l'Etat islamique, France et Egypte réclament de «nouvelles mesures»
La Libye, terre d'exportation pour l'EI ?
Attentats à Copenhague : deux hommes inculpés de complicité
Pourquoi la Libye s'entre-déchire
Une haine féconde de tout ce qui est culturel