Le publicitaire Jean-Michel Goudard est mort

Par Franck Louvrier *
·1 min de lecture
Jean Michel Goudard. France's President Nicolas Sarkozy  arrives before a working meeting focused on employment issues,  in Valenciennes, North of FRANCE-25/11/2008., Jean Michel Goudard. France's President Nicolas Sarkozy arrives before a working meeting focused on employment issues, in Valenciennes, North of FRANCE-25/11/2008.
Jean Michel Goudard. France's President Nicolas Sarkozy arrives before a working meeting focused on employment issues, in Valenciennes, North of FRANCE-25/11/2008., Jean Michel Goudard. France's President Nicolas Sarkozy arrives before a working meeting focused on employment issues, in Valenciennes, North of FRANCE-25/11/2008.

Alors que le monde était tourné vers le résultat des élections aux États-Unis, Jean-Michel Goudard a choisi, dans sa retenue légendaire, cette nuit américaine pour nous quitter. Lui qui avait vécu dix années de sa vie aux abords de Central Park et qui avait été fasciné par le gigantisme outre-Atlantique. Cette fois-ci, il n'aura pas souhaité attendre le nom du vainqueur. Dans ce monde de la communication, il était atypique. Le « G » de RSCG, comme disait la presse (Bernard Roux, Jacques Séguéla, Alain Cayzac), était surtout un métronome, un homme fin et sensible.

Il mettait ses capteurs au service de l'harmonie. Il paraissait parfois rêveur, ailleurs, dans ses pensées et, sans doute, dans sa créativité. Ce n'était pas l'homme des coups, mais celui des idées et des convictions. Son ton humoristique, parfois décalé, cachait une volonté d'être hors système. Il m'avait appris que la bonne communication était celle qui amenait à la vérité. Il était obsédé par l'idée que le concept est le message, comme l'avait théorisé l'Américain Roger Ailes. Mais, avec Jean-Michel, le tempo était aussi important que le message.

A lire aussi EXCLUSIF.Jean-Michel Goudard : "Je suis déçu par la médiocrité du geste" de Buisson

Ne cherchons pas de concepts fumeux.

Il était proctérien mais surtout pas fils de pub. Il avait participé à trois victoires présidentielles. Nous avions conceptualisé les deux campagnes de Nicolas Sarkozy, « Ensemble, tout devient possible » et « La France fort [...] Lire la suite