Publication d'images de voleurs : que risquent les commerçants ?

© PETER KNEFFEL / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE VIA AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

De plus en plus de commerçants diffusent des vidéos de voleurs sur les réseaux sociaux afin d'identifier les auteurs de ces délits. Ces images de vidéosurveillance proviennent de leurs propres magasins. La pratique n'est pas sans risque car la loi interdit ce genre de publication. Pourtant, pour les patrons, il s'agit souvent d'un dernier recours.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Le mur des voleurs"

Sur les portes vitrées de la pharmacie de Thomas Orazi à Béziers, deux photos en couleurs sont placardées. Sur ces photos, deux individus sont en train de dérober des produits. Au-dessus, un titre est inscrit : "Le mur des voleurs". Thomas Orazi n'a pas hésité à publier le visage de ceux qui l'ont volé. Il justifie cette démarche par l'inertie de la justice. "Une personne est venue cinq fois il y a quelques semaines en quatre jours dans ma pharmacie. Elle était mineure. Elle s'est fait arrêter et a écopé d'un petit rappel de loi. Deux heures après, elle était dehors, c'est un peu rageant".

>> LIRE AUSSI - «Je ne peux pas suivre» : avec l'inflation, les vols dans les supermarchés en forte hausse

Un risque de 45.000 euros d'amende et de trois ans d'emprisonnement

L'homme s'interroge sur la capacité de la justice à proposer des solutions : "Si derrière, la machine judiciaire avait les moyens de nous protéger ou de régler ce problème, ça ne me gênerait pas". Néanmoins, afficher des images extraites de vidéosurveillance reste illégale. "Il y a d...


Lire la suite sur Europe1