Psychiatrie : mieux encadrer le recours à l'isolement et à la contention

destinationsante.com
Psychiatrie : mieux encadrer le recours à l'isolement et à la contention

En France, 400 000 patients sont hospitalisés chaque année en psychiatrie. En cas de comportement violent voire incontrôlable, le personnel médical peut opter pour un recours temporaire à l'isolement ou à la contention. Mais ces pratiques répondent à des indications bien précises, qui ne seraient pas toujours respectées en France selon les autorités. Dans le sens du respect de la dignité du malade, la Haute autorité de Santé (HAS) donne son nouveau cadre.

Aujourd'hui, les données sur l'usage de l'isolement et de la contention en psychiatrie sont rares. Mais depuis plusieurs années, le Contrôleur général des lieux de privation et de liberté ainsi que le Comité européen pour la prévention de la torture s'alarment. Ces autorités font en effet remonter du terrain une pratique cliniquement non justifiée de ces actes.

Employées pour calmer un patient en psychiatrie, « les mesures d'isolement et de contention ne doivent [pourtant] s'appliquer qu'aux malades hospitalisés sans consentement et en dernier recours (...) après échec des méthodes alternatives », rappelle la HAS ce 20 mars. Ces techniques ne peuvent donc être utilisées que lorsque la fragilité psychiatrique et/ou psychique du malade altère son libre-arbitre. Mais aussi quand les actes de violences prennent un caractère dangereux pour le personnel médical qui « fait face à un danger important et imminent ». Et mettent aussi en péril la sécurité du patient.

Informer, réévaluer, apaiser

Rappelant que l'objectif de ces mesures ne peut en aucun cas être de punir, humilier ou établir une domination sur des patients, la HAS « recommande aux établissements de santé d'aménager des espaces d'apaisement dans les unités de soins afin de constituer une étape supplémentaire de désescalade avant l'isolement et la contention. »

Par ailleurs, la contention ne peut se faire que dans le cadre de l'isolement. Dans tous les cas, ces mesures doivent faire l'objet d'un (...) Lire la suite sur destinationsante.com


Tuberculose en France : rester attentif malgré les bons chiffres
Le sport à la maison en 8 accessoires !
Neurologie : aux sources de l’optimisme
Recevez la newsletter de Destination Santé
Accédez à la rubrique Destination Femme

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages