Psychiatrie : alerte sur l’accueil des enfants dans des unités pour adultes

·1 min de lecture
La crise du coronavirus a mis au jour des difficultés déjà existantes dans les services pédopsychiatriques. (Illustration)

Claire Hédon, Défenseure des droits, et Éric Delemar, Défenseur des enfants, ont rédigé un rapport sur la santé mentale des enfants, relaie « Le Parisien ».

Faute de lits, ou même faute d'unité dédiée, il arrive parfois que les enfants nécessitant des soins pédopsychiatriques soient pris en charge aux côtés des adultes. Cette pratique, qui peut mettre en danger les enfants concernés, est à proscrire de toute urgence, selon Claire Hédon et Éric Delemar. La Défenseure des droits et le Défenseur des enfants publient un rapport consacré à la santé mentale des enfants, relayé par Le Parisien, mercredi 17 novembre.

« Il y a quelques mois, nous avons été alertés à la suite de l'agression sexuelle d'une enfant de 13 ans dans un service psychiatrique », déplore Éric Delemar.

À LIRE AUSSI Pédopsychiatrie : « La situation est grave »

Selon Claire Hédon, la crise sanitaire actuelle a mis au jour des difficultés qui étaient déjà là avant le coronavirus. Elle estime ainsi que 25 départements n'ont pas du tout de lits en pédopsychiatrie. « Il y a urgence d'agir », insiste-t-elle, réclamant qu'une disposition soit clairement inscrite dans la loi pour que les enfants ne soient plus mélangés aux adultes dans ces cas-là.

Focus sur l'éducation et la prévention en milieu scolaire

Les professionnels du secteur sont toutefois moins alarmistes. La plupart du temps, souligne Viviane Kovess-Masfety, psychiatre et épidémiologiste au Parisien, « quand il n'y a pas assez de place en pédopsychiatrie, les enfants vont en pédiatrie ». Elle pointe aussi un problème de base à l'origine, selon elle, de la saturation des services pédopsychiatriques [...] Lire la suite

VIDÉO - Un plan pour lutter contre la prostitution des mineurs, "en pleine expansion"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles