Une psychiatre et ex-députée covido-sceptique convoquée devant l'Ordre régional des médecins

© FREDERICK FLORIN / AFP

Visée par deux plaintes pour ses propos contre les masques, les vaccins contre le Covid et la gestion de la crise sanitaire, Martine Wonner comparaît ce vendredi devant le Conseil de l’Ordre régional des médecins, à Nancy. Psychiatre et ancienne députée de la majorité, elle risque de perdre son droit d’exercer.

Elle était l’une des figures de proues des anti-masques et des antivax lors de la crise sanitaire. Ce vendredi 4 novembre, à 9h30, Martine Wonner, médecin psychiatre et ancienne députée LREM du Bas-Rhin, est convoquée devant le Conseil de l’Ordre régional des médecins, à Nancy. Elle est visée par deux plaintes pour ses nombreux propos jugés incompatibles avec sa profession. Elle encourt la radiation.

L'ancienne élue avait notamment affirmé que le masque "ne (servait) strictement à rien", que les vaccins contre le Covid pouvaient déclencher des "fausses couches", "de multiples cancers" et transmettre "le sida". Cette psychiatre avait également participé au documentaire complotiste sur la crise sanitaire intitulé Hold Up. Une liste non exhaustive de griefs qui ont poussé l'Ordre des médecins et le collectif de médecins NoFakeMed de porter plainte contre elle.

"Les fake news tuent"

Le discours tenu par Martine Wonner a particulièrement irrité Damien Barraud, réanimateur à l’hôpital de Metz-Thionville. Durant la crise du Covid, il a lutté avec acharnement contre ce type de fausses informations. Des déclarations encore plus inadmissibles, dit-il, lorsqu'elles sont prononcées par une consœur. "Les fake news tuent, il n’y a pas à tortiller" lance-t-il. "Quand vous incitez à prendre des médicaments inutiles comme la chloroquine en début de crise ou que vous incitez à ne pas vous masquer ou à ne pas vous faire vacciner, eh bien oui, cela tue", insiste-t-il.

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - "Qu'il(s) retourne(nt) en Afrique" : incident à l'Assemblée