PSG-Manchester City : les dessous de la lutte d'influence entre le Qatar et Abu Dhabi

·1 min de lecture

Dans l'arène du football européen, les affrontements entre le Paris Saint-Germain et Manchester City, comme ce mardi soir dans le cadre de la phase de poules de Ligue des Champions ou la saison dernière en demi-finales de cette même compétition, apparaissent désormais comme une sorte de marronnier. Les rencontres opposant ces deux clubs, détenus respectivement par des fonds souverains du Qatar et d'Abu Dhabi, émirat moteur de la fédération des Émirats arabes unis, donnent systématiquement lieu à des rappels de la confrontation géopolitique de leurs puissants propriétaires. Cette mise en scène de l'événement mérite toutefois d'être questionnée.

Le théâtre sportif, une mise en scène de la conflictualité

"Le Qatar est arrivé, puis ils ont fui tête baissée" ("ils" sous-entendant ici les Émiriens) – ḥaḍara al-qaṭary farḥāw waṭy : en ce 30 janvier 2019, ces mots trônent en une de l'édition sportive d'un des principaux quotidiens qatariens, Al-Waṭan. Une photo où les joueurs d'Al-'Annābi – la bordeaux, surnom donné à la sélection du Qatar – laissent éclater leur joie illustre ce propos aux accents nationalistes.

Sur fond de crise diplomatique entre les Émirats arabes unis et le Qatar, à Abu Dhabi, l'équipe qatarienne vient de battre 4-0 le pays hôte de la Coupe d'Asie des nations. Disputée dans une ambiance électrique, que l'on peut même qualifier de délétère, marquée notamment par des jets de chaussures subis par les joueurs qatariens lors des célébrations de leurs buts, cette renc...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles