Publicité

PSG-Dortmund: comment Vitinha est en train de devenir incontournable à Paris

Icon

Une ovation sincère et spontanée. Le Parc des Princes s’est levé pour applaudir chaudement Vitinha lors de son remplacement à dix minutes de la fin de PSG-Dortmund, mardi, en ouverture de la Ligue des champions (2-0). Au moment de céder sa place à Kang in-Lee, le milieu de terrain de 23 ans a remercié le public pour cet hommage appuyé. Le plus beau qu’il ait reçu depuis son arrivée à Paris en juillet 2022. Il faut dire que l’ancien de Porto (recruté pour 41,5 millions d’euros) a sans doute livré sa plus partition la plus aboutie sous le maillot parisien face au Borussia.

Auteur d’une frappe sur le poteau (19e) et d’une passe décisive pour Achraf Hakimi (58e), "Viti", qui oscillé entre l’axe et le couloir gauche, a d’ailleurs été désigné homme du match par l’UEFA. De quoi récompenser un début de saison convaincant, qui l’installe peu à peu comme un rouage indispensable chez les champions de France...

Un système tactique qui lui convient

Luis Enrique a débarqué à Paris durant l’été en installant son 4-3-3 fétiche. Un système qui convient bien aux qualités de Vitinha. Positionné en relayeur gauche, à côté de Warren Zaïre-Emery et devant Manuel Ugarte, l’international portugais (11 sélections) s’est parfaitement adapté aux consignes du coach espagnol. Son profil colle à la philosophie de l’ancien entraîneur du Barça, qui demande à son équipe de confisquer le ballon et de contrôler le tempo des matchs, en redoublant les passes et les décalages. Avec du mouvement permanent, un gros pressing et de la percussion offensive.

A l’aise dans les petits espaces, le droitier d’1,72m en profite pour bouger entre les lignes et se rendre disponible pour ses partenaires. Son contrôle fiable et sa qualité de dribble lui permettent de sortir des situations les plus étriquées. Il n’hésite pas non plus à se projeter vers l’avant pour amener le danger aux abords de la surface adverse, ce qui était moins le cas la saison passée.

Libéré par les départs de Neymar et Messi

La scène a marqué les esprits. Lors d’une défaite à Monaco, le 11 février dernier en Ligue 1 (3-1), Vitinha s’est pris une soufflante par Neymar sur la pelouse de Louis-II. Très en colère, le Brésilien a notamment reproché au Portugais d’avoir effectué une passe en retrait au lieu de le servir le long de la ligne de touche. Avec un regard noir, des grands gestes et des mots acerbes. Quelques semaines plus tard, L’Équipe a révélé un échange houleux entre Vitinha et Lionel Messi à l’entraînement après un contact appuyé.

L’ancien de Porto s’est alors retrouvé dans le viseur du duo Neymar-Messi. De quoi le mettre sous pression face aux deux superstars parisiennes. Résultat: après un début de saison prometteur, le natif de Santo Tirso (au nord-ouest du Portugal) est longtemps apparu fébrile et timoré sur le pré. Avec sans doute la crainte de mal faire. Depuis le départ de "Ney" et de la Pulga, Vitinha semble à nouveau libéré. Son attitude, ses prises de risque et son rendement s’en ressentent.

Le travail défensif d’Ugarte

En l’absence d’un véritable récupérateur, Vitinha a dû effectuer un gros travail défensif lorsqu’il évoluait sous les ordres de Christophe Galtier. Une charge qui a forcément impacté son apport devant. Mais depuis l’intronisation de Manuel Ugarte en n°6, la donne a changé. Le râtisseur uruguayen abat un boulot monstre dans l’entrejeu, avec ses anticipations, ses duels virils et ses courses à répétition.

Son activité permet aux milieux relayeurs de se concentrer sur la création du jeu et la circulation du ballon. Aux côtés de Warren Zaïre-Emery, impressionnant de maturité à 17 ans, "Viti" exploite enfin son talent au-dessus de la moyenne. Il semble d’ailleurs s’entendre à merveille avec ses nouveaux partenaires de jeu. "La relation qui se crée en dehors se voit aussi sur le terrain, confirme Ugarte. C’est très important de bien s’entendre et cette relation va encore être meilleur au fil du temps". Un constat partagé par Vitinha: "Cette saison, notre force c’est l’union et la manière dont on est tous ensemble".

La confiance de Luis Enrique

Dès sa prise de fonction, Luis Enrique en a fait l’un de ses hommes de base. Lors de la tournée de préparation au Japon, le coach espagnol a installé Vitinha dans l’entrejeu. En lui accordant sa confiance d’entrée. Et le joueur lusitanien lui a bien rendu en se montrant décisif face au Cerezo Osaka (2-3), avant d’inscrire un but somptueux contre l’Inter (1-2). Un été réussi qui l’a mis dans de bonnes conditions pour entamer la saison avec un nouveau statut. D’autant que Paris n’a pas recruté dans son secteur, après s’être pourtant séparé de Marco Verratti (Al Arabi), Georgino Wijnaldum (Al Ettifaq), Junior Dina Ebimbe (Francfort), Renato Sanches ou Leandro Paredes (AS Rome).

Une acclimatation digérée

A l’aube de sa deuxième saison, Vitinha semble désormais pleinement épanoui au PSG. En interview, le joueur de 23 ans déroule un français impeccable, qui lui permet d’analyser les rencontres avec une grande précision. Même s’il reste proche des autres Portugais (Nuno Mendes, Danilo Pereira, Gonçalo Ramos), il a trouvé sa place au milieu des champions de France, avec son caractère discret et respectueux. Un bien-être qui saute aux yeux et qui se ressent dans ses performances sur le rectangle vert.

Article original publié sur RMC Sport