PSE signé chez Bridgestone Béthune, cinq mois après l'annonce de la fermeture

·1 min de lecture

Les syndicats et la direction de l'usine Bridgestone de Béthune ont signé vendredi à l'unanimité le Plan de Sauvegarde de l'Emploi, cinq mois après l'annonce de la fermeture de ce seul site français du géant japonais du pneumatique, employant 863 personnes, a annoncé la direction. "Les mesures définies permettront de répondre au maximum de situations individuelles et d'accompagner les projets de reconversion", s'est félicité dans un communiqué de la direction le président de Bridgestone France Philippe Brunage. L'avocat de l'intersyndicale a indiqué pour sa part à l'AFP vendredi soir que la signature était "en cours".

Des départs anticipés et des préretraites

"Le PSE prévoit des mesures favorisant les départs anticipés et les préretraites, un congé de reclassement, des indemnités supra-légales de départ ainsi que des mesures d'aides au reclassement interne et externe", souligne la direction. Après une dernière réunion du Conseil économique et social (CSE) le 26 février, le plan sera transmis pour homologation à la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi).

 

>> LIRE AUSSI - "On est choqué" : sidération à Béthune, où Bridgestone ferme son usine

Des discussions bloquées pendant plusieurs mois

Entamées dans un climat de tension, après le refus par Bridgestone du scénario alternatif à la fermeture proposé par le gouvernement, les discussions s'étaient débloquées mi-décembre, avec l'adoption par la majorité...


Lire la suite sur Europe1