PS : « Travaillons sur les idées, le candidat, on verra après »

Par Jacques Paugam
·1 min de lecture
Un pupitre dressé en vue d'une conférence de presse dans l'ancien siège du Parti socialiste, le 18 décembre 2017, rue de Solférino, à Paris. 
Un pupitre dressé en vue d'une conférence de presse dans l'ancien siège du Parti socialiste, le 18 décembre 2017, rue de Solférino, à Paris.

« Format dynamique », « aspect ludique », « convergences »? C'est à un exercice de novlangue socialiste que les participants à la conférence virtuelle donnée par le Parti socialiste ont pu assister, ce lundi 1er janvier. L'objectif ? Mobiliser le peuple de gauche, donner un horizon programmatique, fixer un cap à travers une série de six rendez-vous, chacun sur un thème précis allant du travail aux questions sociétales. Du bel ouvrage, un condensé de pensée partisane agrémentée d'un soupçon de démocratie participative.

Problème, le peuple de gauche est éparpillé façon puzzle, il n'y a pas d'horizon faute de programme tangible et point de candidat pour fixer ledit cap. Qu'importe, les socialistes sont en marche vers la victoire, direction 2022.

Premier axe de la reconquête, la discussion. Il s'agit de mener « un travail à la fois prospectif et introspectif » pour arriver « à un projet constitué », explique posément Christophe Clergeau, secrétaire national à la coordination, fiché derrière un podium de couleur rouge, masque en bandoulière. Concrètement et sans Doliprane, les instances socialistes, faute d'idées neuves, se proposent de faire travailler les militants par séries de réunions ? 500 à l'affiche ? de leur propre initiative et dans un « esprit d'ouverture ». « Notre objectif, c'est de mettre autant de débats que possible ». En espérant en tirer quelques fulgurances, des annonces et pourquoi pas un projet.

À LIRE AUSSIEt la gauche se réveilla?

Jaurès [...] Lire la suite