PS, LREM, l'UDI et LR : les quatre favoris élus aux législatives partielles

·3 min de lecture
L'hémicycle de l'Assemblée nationale (illustration) - THOMAS COEX © 2019 AFP
L'hémicycle de l'Assemblée nationale (illustration) - THOMAS COEX © 2019 AFP

Les candidats LREM, PS, UDI et LR favoris avant le second tour de quatre législatives partielles dans le Pas-de-Calais, l'Oise, à Paris et en Indre-et-Loire ont été élus dimanche dans des scrutins marqués par une très faible participation.

· 15e circonscription de Paris

Dans le XXe arrondissement de la capitale, une circonscription très ancrée à gauche, la socialiste Lamia El Aaraje l'a emporté avec 56,56% des voix sur l'Insoumise Danielle Simonnet (43,44%).

Elles s'affrontaient sans avoir reçu le soutien d'autres candidats éliminés au premier tour, l'écologiste Antoinette Guhl ayant laissé ses électeurs libres de leur choix, tout comme le candidat communiste Thomas Roger.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

· 3e circonscription d'Indre-et-Loire

Dans la 3e circonscription d'Indre-et-Loire, où seulement 18,25% des électeurs se sont déplacés, Sophie Métadier, maire de Beaulieu-lès-Loches investie par l'UDI et LR et soutenue par LREM, a obtenu 62,93% des voix face à la socialiste Murielle Riolet (37,07%). Comme deux des trois autres élus dimanche, elle s'apprête à faire ses premiers pas de parlementaire.

L'élection a été provoquée par la démission de la députée Sophie Auconie (UDI) pour raisons de santé. Elle avait ravi la circonscription à l'ancienne ministre socialiste Marisol Touraine en 2017.

· 1ère circonscription de l'Oise

Dans la 1ère circonscription de l'Oise, sans surprise, changement de tête mais (presque) pas de nom : le neveu d'Olivier Dassault - décédé accidentellement en mars dans l'accident de son hélicoptère - a battu très largement (80,41% contre 19,59%) la candidate RN Claire Marais-Beuil, sur fond de participation en berne, à 24,34% de inscrits.

Au premier tour, Victor Habert-Dassault (LR) était arrivé largement en tête avec 58,44% des voix, en dépit d'accusations de "parachutage" sur la terre où son oncle était député depuis 2002, sa rivale engrangeant 15,27% des voix. Le jeune homme de 28 ans, avait tout de même dû affronter un second tour, en raison de la très faible participation.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

· 6e circonscription du Pas-de-Calais

Enfin dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais, la ministre LREM Brigitte Bourguignon a apporté à la majorité présidentielle sa première victoire dans une législative partielle. Face à la candidate du RN Marie-Christine Bourgeois, la ministre déléguée chargée de l'Autonomie a recueilli 62,05% des voix, dans un scrutin où la participation a été encore plus faible qu'au premier tour, à 23,99%. En raison de sa présence au gouvernement, c'est le suppléant de Brigitte Bourguignon, Christophe Leclercq, qui siégera à l'Assemblée nationale.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La marcheuse, élue pour la première fois députée du Pas-de-Calais en 2012 sous l'étiquette PS, a bénéficié du soutien indirect du président ex-LR de la Région, Xavier Bertrand, qui, à l'issue du premier tour, avait appelé à faire "barrage au FN". Marine Le Pen avait riposté en l'accusant d'être un "supplétif" d'Emmanuel Macron.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles