Prudence en vue à Wall Street, la nervosité demeure

par Patrick Vignal
·3 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES REBONDISSENT À MI-SÉANCE

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Wall Street paraît se diriger mardi vers une nouvelle séance hésitante tandis que les Bourses européennes rebondissent à mi-séance malgré la persistance des craintes soulevées par la propagation d'une nouvelle souche du coronavirus.

Les contrats à terme signalent une ouverture en baisse de 0,1% pour le Dow Jones, en hausse de 0,1% pour le S&P 500 et en progression de 0,3% pour le Nasdaq.

L'adoption, lundi, par le Congrès américain d'un plan de relance de 892 milliards de dollars (729 milliards d'euros) prévoyant notamment des aides directes aux particuliers et une indemnisation supplémentaire pour les demandeurs d'emplois ne suffit donc pas à effacer les doutes.

Les indices américains avaient terminé lundi en ordre dispersé, contrairement aux indices européens, qui avaient fini nettement dans le rouge et tentent mardi de repartir.

À Paris, le CAC 40 prend 0,82% à 5.437,35 points vers 10h20 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,97% et à Londres, le FTSE progresse de 0,02%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,74%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,92% et le Stoxx 600 de 0,78%.

Les grands indices européens ont perdu plus de 2% lundi après la décision de plusieurs pays de fermer leurs frontières aux personnes et aux marchandises en provenance de Grande-Bretagne en raison des craintes suscitées par une nouvelle souche du coronavirus, potentiellement très contagieuse, décelée sur le territoire britannique.

Le directeur général de BioNTech s'est dit convaincu que le vaccin que sa société développe avec Pfizer et dont Bruxelles vient d'utiliser l'autorisation dans l'Union européenne serait efficace contre la nouvelle souche.

Sur le plan macroéconomique, la séance sera dominée par la publication, à 13h30 GMT, des chiffres définitifs de la croissance du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au troisième trimestre (+33,1% en rythme annualisé en première estimation).

VALEURS EN EUROPE

A l'inverse de la journée de lundi, tous les indices sectoriels européens sont dans le vert à mi-séance.

Le compartiment bancaire reprend 1,36% après avoir chuté de 3,6% la veille.

Les secteurs de l'assurance, de la distribution et de la technologie gagnent pour leur part chacun autour de 1%.

Société générale, qui a accusé lundi la plus lourde baisse du CAC (-5,19%), figure dans le peloton de tête avec un gain de 2,31%. Du côté du SBF 120, Air France-KLM reprend 4,83% après avoir lâché lundi 4,16%.

CHANGES/TAUX

Signe que la nervosité n'a pas disparu, le billet vert avance encore de 0,3% face à un panier de devises de référence, ce qui fait reculer l'euro, qui redescend à 1,221 dollar..

La livre sterling perd de son côté 0,6% face au dollar, pénalisée par la persistance de désaccords entre Londres et Bruxelles dans les négociations sur leurs relations commerciales dans l'après-Brexit.

Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement des Treasuries à 10 ans poursuit sa baisse et lâche plus d'un point de base à 0,928%.

Son équivalent allemand est en revanche quasiment stable, autour de -0,587%.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence sur le brut continuent de reculer, reflétant les craintes d'un impact sur la demande des nouvelles mesures de restriction mises en place pour limiter la propagation du COVID-19.

Le Brent cède 1,16% à 50,32 dollars le baril et le brut américain (West Texas Intermediate, WTI) perd 1,5% à 47,25 dollars.

(Edité par Jean-Michel Bélot)