"Provocation à la haine raciale": Eric Zemmour jugé pour ses propos sur les mineurs isolés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eric Zemmour le 24 septembre 2021 en Hongrie  - Attila KISBENEDEK / AFP
Eric Zemmour le 24 septembre 2021 en Hongrie - Attila KISBENEDEK / AFP

Eric zemmour est un habitué des prétoires. Avant une déclaration quasi-certaine de candidature à la présidentielle, le polémiste d'extrême droite devra passer devant les juges. Il est jugé ce mercredi pour "complicité de provocation à la haine raciale" et "complicité d'injure raciale" après ses propos sur les mineurs isolés.

Le 29 septembre 2020, Eric Zemmour s'exprime sur CNews, chaîne sur laquelle il officie alors quotidiennement. Le débat organisé dans l'emission Face à l'info porte sur l'attentat perpétré quatre jours plus tôt à Paris devant les anciens locaux de Charlie Hebdo par un Pakistanais de 25 ans. Le chroniqueur s'en prend alors aux migrants mineurs isolés: "Ils n'ont rien à faire ici. Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont. Il faut les renvoyer, il ne faut même pas qu'ils viennent."

Les départements se constituent parties civiles

La déclaration avait entraîné son lot de condamnations, jusqu'au plus haut sommet de l'État. La ministre déléguée en charge de la Diversité et de l'Égalité des chance saisit le procureur de la République de Paris, tout comme le Conseil supérieur de l'audiovisuel, le CSA. Une enquête est ouverte par le parquet de Paris qui décide, en juillet dernier, de citer à comparaître Eric Zemmour. SOS Racisme avait également porté plainte contre le polémiste.

Le procès était initialement audiencé le 8 septembre dernier. Mais en raison d'un grand nombre de constitution de parties civiles, il a été reporté à ce mercredi. Une trentaine de départements, qui gèrent l'Aide sociale à l'enfance qui prend en charge les mineurs isolés, ont en effet décidé de demander des comptes à Eric Zemmour et réclamer réparation au tribunal.

"En portant plainte au nom du département, nous refusons que ces propos soient banalisés, et que soient mis.e.s en cause les mineur.e.s étrangers isolé.e.s qui viennent demander protection en France, ainsi que toutes celles et ceux qui travaillent du mieux possible à leur offrir", a fait valoir en septembre dernier Stéphane Troussel, le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis.

Zemmour absent

"Que viennent faire les conseils départementaux dans cette affaire?", rétorque l'avocat d'Eric Zemmour. Me Olivier Prado dénonce "de la pure politique s'ils sont là" alors que son client pourrait se déclarer officiellement candidat à la présidentielle dans les prochains jours. Ce dernier a d'ailleurs fait savoir qu'Eric Zemmour ne sera pas présent ce mercredi au tribunal.

Sera jugé à ses côtés le patron de Canal+, propriétaire de CNews. La chaîne a déjà été sanctionnée par le CSA d'une amende de 200.000 euros pour "incitation à la haine" et "à la violence". Eric Zemmour n'officie d'ailleurs plus sur CNews comme chroniqueur, alors que le gendarme de l'audiovisuel avait demandé début septembre à la chaîne de décompter son temps de parole.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles