Protocoles sanitaires à l'école: Jean-Michel Blanquer affaibli par la polémique?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le ministre de l'éducation, de la jeunesse et des sports Jean-Michel Blanquer sur le perron de l'Elysée à Paris le 22 décembre 2021. - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le ministre de l'éducation, de la jeunesse et des sports Jean-Michel Blanquer sur le perron de l'Elysée à Paris le 22 décembre 2021. - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Depuis ce lundi, plus personne ne prononce son nom. Ni Jean Castex au 20 heures de France 2, qui a dû reprendre le dossier en main, ni le même Premier ministre à l'Assemblée ce mardi lors des questions au gouvernement, ni Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse avec le président du Conseil européen Charles Michel.

Pire peut-être, la semaine passée, le chef de l'État donnait raison à une enseignante qui se plaignait d’avoir appris le nouveau protocole dans les médias: "Vous avez raison, je vous donne le point", glissait-il dans les colonnes du Parisien.

Lundi soir sur France 2, un changement de protocole sanitaire dans les écoles, le troisième en une semaine, a été acté par Jean Castex. "C'est plus une adaptation qu'un changement", a défendu ce mardi matin sur BFMTV Jean-Michel Blanquer.

"Il n'imprime plus trop"

Persona non grata ou paratonnerre, le ministre de l'Éducation nationale est indéniablement dans la tourmente. Sur notre antenne ce mardi matin, il est apparu tendu, le visage fermé. "On a connu des jours meilleurs", concède l'un de ses proches. L'un des ministres chouchou d'Emmanuel Macron au début du quinquennat a-t-il perdu de sa superbe?

"Il paye son dilettantisme et des erreurs de communication énormes. Mais ce n'est pas nouveau, il n'imprime plus trop", relève un patron de la majorité. "Il a énervé le Président avec son think tank", ajoute un poids lourd de La République en Marche (LaREM).

Le 13 octobre dernier, le ministre de la rue de Grenelle lançait son "laboratoire de la République". Allergique aux courants, cercles de réflexion et autres mouvements politiques, le locataire de l'Élysée aurait peu apprécié l'initiative.

Et il n'est pas le seul. Au sein du gouvernement, il suscite l'agacement de beaucoup de ministres. Vendredi à Matignon, une réunion à huis-clos s'est tenue avec autour de la table: Jean Castex, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer. L'ambiance était tendue, ce dernier expliquant la situation compliquée à l'école par un problème de saturation des pharmacies et non pas par un problème de protocole. Olivier Véran aurait peu apprécié...

876450610001_6291221162001

Protégé par Brigitte Macron

Mais le ministre de l'Éducation nationale a une alliée de poids. "Il est toujours protégé par Brigitte (Macron, NDLR)", glisse une source au sein de l'exécutif. Depuis le début de la crise sanitaire, le couple Macron a toujours suivi la "ligne Blanquer".

Ainsi, le chef de l'État a récemment refusé de reporter la rentrée scolaire. Et les deux hommes ont une fierté commune: le record de longévité de Jean-Michel Blanquer. Sous la Ve République, aucun autre ministre de l'Éducation nationale n'était resté aussi longtemps en poste. Cinq années rue de Grenelle, et après?

"Il rêvait de Matignon pour un second quinquennat, assure l'un de ses collègues au gouvernement. Eh bien il peut toujours rêver!"

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles