Protocole sanitaire et hommage à Samuel Paty : pourquoi la rentrée scolaire s'annonce confuse

·1 min de lecture

L'inquiétude pointe parmi les professeurs. Plusieurs syndicats enseignants ont déposé des préavis de grève pour la semaine prochaine (le Snes, majoritaire dans le second degré, le Snalc ou Sud) pour permettre aux collègues qui le souhaiteraient de lever le pied. "Ce qui pose problème, c'est que le protocole sanitaire n'a pas été réellement renforcé, dénonce ainsi Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU. Il est nécessaire d’avoir des mesures plus protectrices pour les élèves et les agents travaillant dans les établissements scolaires."

Parmi les attentes : le passage à une organisation en demi-groupe, une équipe de nettoyage renforcée, de nouvelles modalités pour aérer les salles de classe et la réorganisation de la demi-pension.

Un protocole "pas renforcé du tout"

"Le ministère n'a rien préparé. Et on va encore faire porter le chapeau au personnel s'il y a de nouvelles contaminations", accuse Jean-Rémi Girard, le président du Snalc. Le préavis de grève déposé par son syndicat court même jusqu'aux vacances de Noël "afin de permettre à chaque collègue qui le souhaite d'assurer lui-même la protection que le ministère ne lui garantit pas". Outre le port du masque en primaire, "nous ne voyons aucune différence avec le protocole sanitaire en vigueur depuis la rentrée", explique-t-il. Même constat chez Sud Education, qui "appelle les personnels à se réunir dès lundi pour imposer des mesures adaptées à la réalité, permettant de protéger les personnels et les élèves...


Lire la suite sur LeJDD