Le protocole sanitaire allégé dans les Ehpad : "C'est une question d'éthique"

·1 min de lecture

Alors que le nombre de personnes vaccinées dans ces établissements atteint presque 80 %, le ministère chargé de l'Autonomie vient de publier un protocole assoupli.

De nombreuses familles l'attendaient. Ce vendredi 12 mars, le ministère des Solidarités et de la Santé a publié un nouveau protocole sanitaire, plus souple, en direction des personnes résidant dans les 7 000 Ehpad et maisons de retraite que compte l'Hexagone.

En fonction de l'évolution de la pandémie au niveau local et de la couverture vaccinale, ce protocole permet aux pensionnaires de "retourner à leur vie sociale". Concrètement : les sorties sont de nouveau autorisées sans trop de restrictions pour les résidents vaccinés, de même que les visites des proches. Les Plexiglas jusqu'à présent utilisés dans les salles de visites devraient également disparaître. "Je n'en veux plus !", a déclaré la ministre déléguée à l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, dans une interview dans les colonnes du Parisien, ce vendredi 12 mars. "À un moment, il a fallu trouver des solutions pour réautoriser les visites et il n'y en avait pas beaucoup. Mais j'ai eu, depuis, de nombreuses remontées sur ces parois, elles posent problème surtout aux personnes avec des troubles cognitifs qui ont besoin de toucher, d'avoir un contact humain pour se repérer", a-t-elle ajouté.

87 % des résidents ont reçu une première dose

Une évolution plus que bienvenue, alors que les pensionnaires de ces établissements vivent avec des restrictions depuis...

Lire la suite sur Marianne

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République