Protocole sanitaire dans les écoles : ce qui change à partir de la semaine prochaine

Clément Boutin avec Guillaume Barki
·4 min de lecture

Face à l'aggravation de l'épidémie de Covid-19 en France, et en particulier dans les établissements scolaires, le gouvernement a pris une série de mesures pour limiter la circulation du virus.Après Olivier Véran jeudi, Jean-Michel Blanquer l'a rappelé vendredi: le gouvernement ne souhaite pas fermer les établissements scolaires, car l'école est "fondamentale" pour la France.

Mais l'épidémie de Covid-19, qui s'aggrave un peu partout sur le territoire, s'intensifie également au sein du milieu éducatif. À ce jour - les données ont été arrêtées jeudi à 13 heures -, 148 établissements, dont 116 écoles, 22 collèges et 10 lycées, sont fermés, auxquels s'ajoutent 3256 classes dans des structures qui sont restées ouvertes.

L'exécutif a donc une nouvelle fois décidé de renforcer le protocole sanitaire dans les écoles. BFMTV.com fait le point sur les nouvelles mesures attendues à partir de lundi.

· Fermeture d'une classe dès le 1er cas positif

Dans les 19 départements concernés par des mesures de restrictions renforcées, chaque classe sera désormais fermée pour sept jours au premier cas de contamination à compter de ce samedi 27 mars 2021. Avant, il fallait que trois cas positifs du variant historique ou du variant britannique soient identifiés pour décider d'une fermeture. Cette mesure s'applique à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée.

"Cela va nécessairement signifier plus de fermetures de classes dans les prochains jours pour ceux qui sont concernés", a ajouté le ministre de l'Education nationale.

Tous les élèves de la classe sont considérés comme cas contact. Les parents d’élèves âgés de plus de 6 ans doivent notamment les faire tester à l’issue de la période de fermeture. Un attestation sur l'honneur de la réalisation d'un test et du résultat négatid de celui-ci devra être présentée par les parents. En l'absence de celle-ci, l'éviction scolaire de l'élève sera maintenue pour une durée maximale de 14 jours. Les parents ne pouvant télétravailler peuvent bénéficier, sur justificatif de l’assurance maladie ou une attestation de fermeture de classe, de l'activité partielle.

La présence dans les lycées se trouvant dans ces 19 départements est fixée à 50 % de l’effectif total. Dans les collèges, une organisation hybride peut aussi être mise en place au cas pas cas, lorsque la configuration des locaux, notamment la cantine, ne permet pas de respecter strictement le protocole sanitaire.

Les cours d'EPS en intérieur demeurent autorisés, mais dans le respect des gestes barrière avec en priviégiant des activités "de basse intensité" permettant le port du masque dans les départements concernés par les nouvelles mesures de freinage. Les activités physiques et sportives sur le temps extra-scolaire et périscolaire en interieur sont en revanche suspendues.

· Un recrutement renforcé de professeurs remplaçants

Reconnaissant une "tension dans certains territoires", Jean-Michel Blanquer a également annoncé vendredi un renforcement dans "les moyens de remplacement" des enseignants. "Les rectorats concernés pourront recruter davantage", a-t-il affirmé.

Il s'agit d'une mesure importante car lorsqu'un professeur n'est pas remplacé, les élèves ne rentrent pas chez eux mais sont dispersés dans plusieurs classes. Cela a pour effet de les surcharger.

Guislaine David, secrétaire générale et porte-parole du syndicat Snuipp-FSU, a cependant observé, sur BFMTV, qu'il est "difficile de recruter" et a affirmé que les remplaçants "ne seront pas dans les écoles lundi".

· Fermeture des cantines au cas par cas

Les cantines pourront être fermées dans les écoles, notamment dans les départements les plus touchés par le virus, mais au cas par cas et "en dernier ressort".

"Il sera loisible aux collectivités locales en concertation avec l'Éducation nationale de le faire. Nous n'incitons pas à ce que ce soit le cas. C'est une mesure qui doit être prise en dernier ressort quand on pense qu'elle est indispensable au regard des circonstances locales", a expliqué Jean-Michel Blanquer.

Pour les personnels déjeunant dans les écoles et établissements scolaires les mesures prévues au protocole sanitaire s’appliquent. Une attention toute particulière doit être apportées aux règles de distanciation.

En plus de ces mesures décidées pour limiter la circulation du virus, le gouvernement mise également sur la vaccination des professeurs. Elle devrait commencer à se déployer d'ici la fin du mois d'avril.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :