Protocole sanitaire à l'école : «Nous préférons tester plutôt que fermer» des classes

·1 min de lecture
© Europe 1

Jean Castex a annoncé lundi soir sur France 2 trois mesures de simplification du protocole sanitaire  à l'école, alors que la colère des parents et des enseignants gronde face à la "pagaille indescriptible" du nouveau protocole sanitaire mis en place dans les établissements scolaires pour contrer la montée du variant Omicron. Depuis la rentrée scolaire du 3 janvier, les élèves doivent en effet se faire tester à trois reprises en quatre jours si un cas positif est détecté dans leur classe. Invité sur Europe Matin ce mardi, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a justifié les nouvelles évolutions des règles à l'école. 

"Nous assumons de laisser les écoles ouvertes le plus possible et c'est un choix que nous avons fait dès le début de cette crise. C'est un choix qui nous a permis d'avoir en France les écoles ouvertes deux fois plus qu'en Allemagne, trois fois plus qu'en Italie, quatre fois plus qu'aux Etats-Unis, parce que l'on sait que c'est bon pour les enfants, pour leur moral, leur santé. Et c'est bon aussi pour pays. Des écoles qui ferment, c'est un pays qui baisse le rideau et ce n'est pas ce que l'on souhaite", a-t-il assuré. 

Il a par ailleurs reconnu que c'est "une solution difficile, surtout quand le virus circule beaucoup". "Il faut évidemment lutter contre la circulation du virus, arriver à détecter les cas positifs, les isoler. Donc ça nous a amené à fixer un certain nombre de règles et à les faire évoluer aussi parce que nous sommes pragmatiques. Nous r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles