Protocole RSA, gène néandertalien et néonicotinoïdes : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 15 mars 2021 : des rumeurs sur un moyen de casser le protocole RSA, un gène néandertalien qui altèrerait le cerveau humain moderne et la validation du retour temporaire des néonicotinoïdes.

L'actualité des sciences du 15 mars 2021, c’est :

En high-tech : .

  • RSA est aujourd’hui à la base de la majorité des protocoles de sécurité numérique, par exemple, les transactions bancaires.

  • Un nouvel algorithme serait capable de casser le cryptosystème RSA.

  • Une faille dans le calcul des paramètres du réseau invaliderait l’algorithme.

En archéologie : .

  • Une différence cruciale entre les humains modernes et leurs cousins néandertaliens disparus pourrait tenir au développement de leur cerveau.

  • Leurs cellules prolifèrent différemment et les connexions entre leurs neurones – les synapses – ne se forment pas de la même manière, ni à la même vitesse.

  • De nombreux humains portent aujourd'hui des gènes introduits lors d'événements de mélanges passés et a permis l'énumération des différences génétiques spécifiques à l'Homme.

En animaux : .

  • Le Conseil d’Etat réautorise provisoirement des insecticides néonicotinoïdes dans la filière de la betterave sucrière pour faire face à la chute des récoltes.

  • C’est le retour de ces insecticides dit "tueurs d'abeilles".

  • Les betteraviers avaient subi des pertes évaluées à 280 millions d'euros après l'invasion du puceron que d'autres traitements n'avaient pas permis d'éliminer.

En santé : .

  • La prise au long cours des molécules Lutényl et Lutéran mais aussi de leurs génériques, est associée à un sur-risque d’un certain type de tumeur cérébrale bénigne.

  • Environ 100 cas par an (soit 1.000 en 10 ans) en France de tumeurs cérébrales bénignes (méningiomes).

  • L'ANSM recommande un examen par imagerie cérébrale pour toute femme qui aurait pris ou prendrait du Lutényl ou du Lutéran pendant plus d’un an, même si le sur-risque diminue significativement à l’arrêt du traitement.

En animaux : .

  • Tous les 17 ans, des cigales "périodiques" sortent en masse au grand air pour s'accoupler, pondre... puis mourir dans une partie des Etats-Unis.

  • Ces cigales sont inoffensives.

  • Il devrait bien y avoir "des milliards, voire des milliers de milliards" de cig[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi