Un proto-amas datant du jeune univers éclaire d'un jour nouveau la formation des galaxies

·1 min de lecture

Situé dans l’univers lointain, cet amas de galaxies en devenir, aussi appelé proto-amas, produit des étoiles à un rythme effréné, et remet en question les modèles actuels de formation des galaxies.

En astrophysique, regarder loin signifie regarder dans le passé. Les scientifiques sondent alors l’univers lointain afin de comprendre son évolution, de son début jusqu’à aujourd’hui. C’est ce qu’ont fait plusieurs équipes de chercheurs en découvrant une superstructure qui date de la jeunesse de l’univers, alors qu’il n’était âgé que d’environ trois milliards d’années. Appelée aussi "proto-amas", cette superstructure qui contient des milliers de galaxies deviendra à l’avenir un amas de galaxies, tel que dans lequel se trouve notre galaxie.

"Nous observons ce proto-amas tel qu’il était alors que l’univers avait environ 3 milliards d’années. C’est à cette période que nous estimons que la formation d’étoiles était la plus intense, ensuite elle s’est mise à chuter, et aujourd’hui très peu d’étoiles se forment dans les galaxies de l’univers proche", explique à Sciences et Avenir Hervé Dole, astrophysicien à l’Institut d'Astrophysique Spatiale ou IAS (CNRS/Université Paris-Saclay).

Découvert il y a plus de dix ans grâce au satellite européen Planck, sa présence n’a cependant été confirmée que récemment grâce à de nombreuses études complémentaires. Plusieurs équipes internationales l’ont scruté en détails dans deux études publiées dans les revues en mars 2021 et en octobre 2021.

De 2009 à aujourd’hui, un point lumineux devenu proto-amas

C’est grâce aux données recueillies par le , développé par l’Agence Spatiale Européenne (ESA), et lancé en mai 2009 pour sonder la jeunesse de l’univers, que ce proto-amas a été découvert. En service jusqu’en 2012, mais avec des résultats encore publiés aujourd’hui, il a notamment permis de cartographier avec une précision extrême le , la première lumière de l’univers émise seulement 380.000 ans après le Big Bang.

"Tout a commencé en 2009 avec les observations effectuées par Planck. Grâce à ses données, nous avons identifié 2.000 potentielles structures de galaxies. Planck possède une sensibilité peu élevée pour les sources ponctuelles [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles